GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Elections en Turquie: derniers meetings pour Erdogan et Ince

    media Plusieurs centaines de milliers de personnes étaient réunies à Istanbul pour le dernier meeting de Muharrem Ince, le 23 juin 2018. REUTERS/Osman Orsal

    En Turquie, la campagne électorale pour les élections présidentielle et législatives est officiellement terminée. Les candidats et les partis ont tenu leurs derniers meetings. C'était notamment le cas de Recep Tayyip Erdogan et de son principal adversaire, Muharrem Ince, le candidat d'opposition du CHP.

    Il a créé la surprise en menant une campagne incisive, offensive, qui a paru parfois déstabiliser Recep Tayyip Erdogan. Muharrem Ince a choisi de terminer cette campagne à Istanbul en tenant un rassemblement géant. Ils étaient des centaines de milliers, peut-être un million – cinq millions, a même affirmé le candidat du CHP – à venir le soutenir pour son dernier meeting.

    Ahmet Insel, politologue et économiste turc: figure populiste de gauche, M. Ince défend l'idée que le président de la République ne doit pas être pas être un président de parti 24/06/2018 - par Sylvie Noël Écouter

    La foule était tellement compacte que des dizaines de milliers de personnes sont restées à l'extérieur du périmètre, où des écrans géants diffusaient le discours du candidat. C'est le cas de Hatice et ses deux amies qui sont venues pour soutenir Muharrem Ince et qui espèrent un changement radical du régime politique en Turquie. « Le plus important, c'est la justice et le système judiciaire. Que les systèmes exécutif, législatif et judiciaire soient séparés. Que les médias soient indépendants. Que nous revenions au système parlementaire... C'est pour toutes ces raisons que nous sommes venues aujourd'hui », explique-t-elle au micro de notre correspondant, Alexandre Billette.

    Muharrem Ince a promis de remettre l’économie en marche, de se rapprocher de l’Union européenne et de rétablir l’état de droit. « Demain, la Turquie sera totalement différente ! Demain, nous allons mettre fin aux discriminations ! Demain, nous allons mettre fin au favoritisme ! Nous allons mettre fin aux dilapidations de l’argent public ! Lundi à l’aube, il y aura un président qui tend la main à tous ! Pas un président de droite, ni de gauche, pas de l’AKP ni du CHP ; notre président à tous ! », a-t-il lancé.

    Mais le candidat du CHP a également mis en garde ses sympathisants en leur demandant de surveiller les bureaux de vote jusqu'à leur fermeture et de dénoncer les irrégularités.

    Côté Erdogan, l'enthousiasme n'y est pas

    Plutôt qu'une démonstration de force, Recep Tayyip Erdogan a quant à lui choisi de tenir cinq mini-meetings dans différents quartiers d'Istanbul pour achever sa campagne, rapporte notre envoyée spéciale Anissa El Jabri. Mais aujourd'hui, cette ville qui a lancé sa carrière politique et dont il a été maire ne lui est plus favorable. Au printemps dernier, la capitale économique du pays a voté « non » au référendum attribuant des super-pouvoirs au président.

    C'est là que Recep Tayyip Erdogan a commencé sa campagne, c'est là qu'il l'a achevée. Avec la même confiance. « Etre prof de physique est une chose, gérer un pays en est une autre », a-t-il lancé à l'adresse de son adversaire Muharrem Ince. « Monsieur Ince dit avoir réuni deux millions de personnes à Ankara ; j'ai eu les chiffres de la police : ils étaient 75 000. Monsieur Ince prétend avoir réuni 5 millions de personnes a Istanbul ; c'était 280 000. Tout ce qu'ils font, c'est mentir. Et demain, MA nation va lui donner une bonne leçon », a promis le président, sûr de lui.

    La foule a applaudi, mais l'enthousiasme a été de courte durée. Les quelques milliers de personnes qui agitaient des drapeaux blanc bleu orange aux couleurs de l'AKP ont commencé à se disperser à peine le discours fini.

    Pas moins de 500 000 observateurs, partisans ou indépendants, seront déployés dans les bureaux de vote à travers la Turquie pour ce qui s’annonce comme le scrutin le plus tendu en Turquie depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP en 2002.

    Les partisans de Recep Tayyip Erdogan assiste à son meeting électoral à Istanbul, le 23 juin 2018. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.