GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Retenu depuis plus de quatre mois et demi au Yémen, le Français Alain Goma a été libéré, selon l'Elysée.

    Dernières infos
    • Brexit: le négociateur de l'UE Michel Barnier veut «prendre le temps» pour un accord «dans les prochaines semaines»
    • Scandale des vaccins en Chine: un laboratoire devra payer plus d'un milliard d'euros d'amende, selon les autorités
    • Disparition de Jamal Khashoggi: la police va fouiller la résidence du consul saoudien
    • Attentats à Trèbes et Carcassonne: six personnes ont été placées en garde à vue (source judiciaire)
    • Perquisitions au siège de la France insoumise et chez Jean-Luc Mélenchon
    Europe

    Espagne: ouverture du premier procès des bébés volés du franquisme

    media Inés Madrigal accuse Eduardo Vela de l'avoir séparée de sa mère biologique et d'avoir falsifié son acte de naissance, en juin 1969. REUTERS/Juan Medina

    En Espagne, le premier procès des bébés volés s'est ouvert ce mardi 26 juin. Et ce, des années après ce scandale de nouveaux-nés soustraits à leurs familles, déclarés morts sans qu'on leur en fournisse la preuve et vendus ou confiés à des foyers d'adoption, notamment sous le régime de Franco, mais aussi après le retour à la démocratie. Un ex-obstétricien, Eduardo Vela, 85 ans, dénoncé depuis des années par des associations, est jugé à Madrid.

    Des bébés volés pour des raisons idéologiques ou financières

    Pour la première fois en Espagne est mis en procès un ancien medecin pour avoir subtilisé un bébé à la naissance, avant de le passer à une famille adoptive. Eduardo Vela, ancien gynécologue, est passible de 11 années, voire 13 années de prison de 350 000 euros d'indemnités. Ce procès s'inscrit dans l'un de plus grands scandales de ces dernières années en Espagne : l'affaire des bébés volés, des nourrissons arrachés à leurs mères pour les vendre ou les remettre à d'autres familles. Pour des raisons idéologiques ou financières.

    Il n'a pas été possible d'arracher le moindre aveu à Eduardo Vela. « Je ne sais », « je ne m'en souviens pas », « je ne peux pas vous le dire »..Ce sont les formules qui sont revenues en permanence dans sa bouche, rapporte notre correspondant à Madrid, François Musseau.

    Et pourtant les évidences sont assez fortes. Inés Madrigal, née en 1969, a vu le jour dans le même hôpital de Madrid où il travaillait. Au moment de sa naissance, Eduardo Vela a dit à ses parents biologiques qu'elle n'avait pu survivre à l'accouchement. Faux, puisque peu après le médecin sans scrupules l'avait remise à une femme stérile. Motif : Inés Madrigal provenait d'une famille de gauche, détestée par le dictateur Franco. La famille d'accueil elle approuvait le Caudillo.

    Aujourd'hui, Inés Madrigal sait qu'elle a été volée à sa naissance. Et comme elle, des milliers d'enfants, ceux que l'on a appelé les bébés volés du franquisme. L'ancien gynécologue Eduardo Vela voulait à tout prix éviter ce procès, prétextant une maladie terminale. Mais son médecin a estimé que son état de santé était bon.

    ►Entre 1936 et 1987, des milliers de bébés ont été volés

    Entre 1936 et 1987, des milliers de nouveaux-nés ont été victimes de ce trafic. Et pour la première fois, l'un des protagonistes va devoir s'expliquer devant les juges.

    Eduardo Vela a 85 ans et était obstétricien à la clinique San Ramón. Dénoncé depuis longtemps par les associations, il est accusé par Inés Madrigal, âgée de 49 ans, de l'avoir séparée de sa mère biologique et d'avoir falsifié son acte de naissance.

    Le combat d'Inés Madrigal est aussi celui de nombreux enfants de la période franquiste, aujourd'hui adultes, pour connaître la vérité de leurs parcours.

    Si Inés Madrigal a la chance de voir son cas traité par la justice, c'est parce qu'elle a pu bénéficier de l'aide et du témoignage de sa mère adoptive aujourd'hui décédée. Celle-ci a raconté de quelle manière le gynécologue-obstétricien lui avait proposé un bébé, conseillé de simuler une grossesse, puis avait établi des papiers officiels la reconnaissant comme la mère biologique du bébé.

    En 2013, Eduardo Vela avait reconnu devant le juge d'instruction avoir signé « sans regarder » le dossier médical qui indique qu'il a assisté à l'accouchement. C'était en juin 1969. Onze ans de prison ont été requis pour Eduardo Vela qui a demandé, sans succès, à ne pas assister aux audiences en raison de son grand âge.

    Il suffisait que tu te trouves au mauvais endroit au mauvais moment, et voilà. Mon mari et moi, avons eu un bébé prématuré de 7 mois...On l'a vu pendant 5 jours, le 6ème jour on nous a empêché de le voir, on nous a dit qu'il était mort. Mais ils nous ont dit, que ce qui serait bien c'est que je continue à apporter du lait. Mais s'il était mort, pourquoi est ce que je devais apporter du lait?
    Témoignage en espagnol de Maria Cruz Rodrigo, victime du vol de bébés en 1980 à Madrid et présidente de l’association SOS bébés volés Madrid Témoignage recueilli par nos confrères de la rédaction Amérique latine 26/06/2018
    Témoignage recueilli par nos confrères de la rédaction Amérique latine
    Écouter

    ►Punir les «rouges»

    Les bébés volés du franquisme sont nombreux. Selon les associations, ils seraient des dizaines, voire des centaines de milliers. Après la guerre civile (1936-1939), retirer les bébés à leurs mères était une manière de punir les opposantes, puis dans les années 1950, ce sont les bébés nés hors mariage ou dans des familles pauvres qui ont plus particulièrement été victimes de ce trafic.

    Jusqu'en 1987, des enfants ont été volés à leurs familles biologiques en toute impunité, avec la complicité de l'église catholique. Le procès qui s'ouvre est donc historique.

    à (ré)écouter: Espagne: un passé franquiste douloureux

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.