GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: les investisseurs du secteur automobile inquiets

    media L'usine Nissan à Sunderland, la ville où 61% des habitants avaient voté pour le Brexit. (Photo d'illustration) ©SCOTT HEPPELL/AFP

    A neuf mois de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les industriels du secteur automobile britannique s'inquiètent. L'incertitude autour du Brexit fait fuir les investisseurs, selon l'Association des constructeurs et des vendeurs d'automobiles. Avec 850 000 emplois, c'est l'un des secteurs les plus important pour le marché du travail du pays. 

    Les investissements dans l'automobile s'élèvent à près de 400 millions d'euros cette année au Royaume-Uni. Soit deux fois moins que l'année dernière à la même période. Le flou qui règne quant à l'issue des négociations sur le Brexit n'inspire pas confiance et les investisseurs hésitent à se lancer dans de nouveaux projets. En plus, les véhicules diesel se vendent de plus en plus mal.

    Pour les industriels de l'automobile, les messages contradictoires et les lignes rouges des politiques sont allés à l'encontre de leurs intérêts. Leur frustration est d'autant plus grande que le secteur avait prospéré grâce au Marché commun et à l'union douanière avec l'Union européenne.

    Le Royaume-Uni était une porte d'entrée vers le marché européen pour les constructeurs étrangers implantés sur son sol. C'est le cas des Japonais notamment. Nissan, Toyota ou Honda produisent la moitié du total de un million et demi de voitures fabriquées en Grande Bretagne et destinées à l'exportation.

    Les industriels de l'automobile demandent au gouvernement, une fois encore, «d'au moins» rester dans l'union douanière et de conclure un accord qui offre des «avantages sur le marché unique».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.