GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: Merkel écrit à ses alliés de la coalition sur la question migratoire

    media La chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse après le sommet de l'UE, le 29 juin 2018, à Bruxelles, sur la question migratoire. REUTERS/Francois Lenoir

    Angela Merkel a envoyé une lettre à ses alliés de la grande coalition, les sociaux-démocrates et les chrétiens sociaux bavarois. Ces derniers mènent la vie dure à la chancelière, car ils réclament une politique migratoire plus restrictive. Angela Merkel doit donc les convaincre que les compromis trouvés au sommet européen jeudi et vendredi derniers répondent à leurs exigences. Les instances dirigeantes des deux partis conservateurs frères se réunissent ce dimanche 1er juillet pour discuter des résultats du sommet de Bruxelles.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    Après le sommet européen, Angela Merkel poursuit son marathon de négociations. Cette fois, la chancelière doit convaincre ses alliés bavarois que le compromis trouvé à Bruxelles est à même de satisfaire une CSU qui défend une politique migratoire plus restrictive.

    Le ministre de l’Intérieur et patron des chrétiens sociaux bavarois Horst Seehofer avait posé un ultimatum à Angela Merkel. Faute de solution négociée, il veut dans les prochains jours refouler aux frontières allemandes les migrants déjà enregistrés dans un autre pays de l’Union européenne.

    Dans un document envoyé à ses partenaires de la coalition, la CSU et le SPD, Angela Merkel précise que des engagements de principe lui ont été donnés par 14 pays qui accepteraient de reprendre les migrants déjà enregistrés sur leur sol.

    Mais l’Autriche et l’Italie, deux pays par lesquels des migrants gagnent l’Allemagne ne font pas partie de la liste présentée par Angela Merkel. La CSU estime que le compromis de Bruxelles permet à Berlin de prendre des mesures unilatérales et de refouler ces personnes.

    Le porte-parole de la chancelière s’est empressé de préciser que les conclusions du sommet européen prévoient que seules des mesures négociées avec les autres pays sont envisageables. Le conflit entre CDU et CSU n’est donc pas encore complètement désamorcé.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.