GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attaque de Strasbourg: une troisième victime est morte (préfecture)
    • Cisjordanie: deux Israéliens ont été tués dans une attaque à l'arme à feu (armée)
    • France: piratage de «données personnelles» enregistrées sur un site du ministère des Affaires étrangères (officiel)
    • Automobile: la justice européenne juge les nouvelles limites d'émissions pour les moteurs diesel «trop élevées»
    • RDC: un mort à Mbuji-Mayi en marge d’une visite attendue du candidat Félix Tshisekedi
    • «Gilets jaunes»: «Il faut maintenant que le mouvement s'arrête», dit Richard Ferrand (LREM), président de l'Assemblée nationale
    • Jérusalem: un attaquant touche deux membres des forces de sécurité avant d'être tué (police)
    • Un «gilet jaune» tué après avoir été heurté par un camion à Avignon (parquet)
    • Turquie: quatre morts et 43 blessés lors d'un accident de train à Ankara (gouverneur)
    Europe

    Allemagne: la coalition au pouvoir se déchire autour des migrants

    media Horst Seehofer menace de démissionner en signe de protestation contre la politique d'asile d'Angela Merkel, jugée trop laxiste. Odd ANDERSEN / AFP

    Petit tremblement de terre politique en Allemagne, dimanche 1er juillet. Horst Seehofer, le ministre de l'Intérieur allemand a de nouveau frappé du poing sur la table, alors même que la fragile coalition au pouvoir est déjà au bord de l'implosion. Horst Seehofer menace tout simplement de démissionner en signe de protestation contre la politique d'asile d'Angela Merkel qu'il juge trop laxiste. Il menace également de quitter la présidence de la CSU, le parti bavarois, allié historique de la CDU au pouvoir.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    La soirée d’hier soir en Allemagne a ressemblé aux tirs au but lors des matchs du Mondial avec un suspense plein de rebondissements. En fin de soirée, on apprenait que le patron de la CSU et ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, démissionnait de ses deux fonctions. Raison : un accord au sommet européen en fin de semaine dernière et une offre de Merkel, samedi, qui ne lui suffisent pas. Horst Seehofer estime que ces propositions ne permettent pas efficacement de résoudre la question des migrants déjà enregistrés dans d’autres pays et se rendant ensuite en Allemagne. Le ministre de l’Intérieur souhaite qu’ils soient refoulés aux frontières. Une décision unilatérale non coordonnée dont Angela Merkel ne veut pas.

    Horst Seehofer qui s’est retiré ensuite avec des responsables de la CSU qui refusaient sa démission a, ensuite, rétro-pédalé dans la nuit. Son retrait prendra effet d’ici trois jours si une dernière rencontre aujourd’hui avec Angela Merkel ne débouche pas sur un compromis.

    Les positions sont-elles inconciliables ?

    Chacun campe sur ses positions qui paraissent inconciliables. Face à une CSU qui ne veut pas perdre la face, la chancelière a obtenu hier un soutien clair des instances dirigeantes de son parti (la CDU) pour appuyer ses positions. La CSU joue donc un joker en mettant la démission du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer dans la balance.

    Angela Merkel serait, en l’absence de compromis, celle qui serait responsable d’une crise gouvernementale. Faute d’accord que se passera-t-il ? Si Horst Seehofer quitte le gouvernement, est-il tout simplement remplacé et l’ambiance délétère entre CDU et CSU demeure ? Ou bien les autres ministres CSU claqueront-ils la porte du gouvernement ce qui signifierait sa fin prématurée et peut-être de nouvelles élections ?

    Angela Merkel et un migrant, à Berlin en septembre 2015. REUTERS / Fabrizio Bensch

    L'inquiétude à Bruxelles

    Ce n’est en effet pas peu dire que dans la capitale européenne, souligne notre bureau de Bruxelles, l’on a passé une bonne partie de la nuit à suivre le fracas munichois et la gêne berlinoise, car ce qui est en cause, c’est le très fragile équilibre obtenu au petit matin samedi 30 juin par les vingt-huit chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne. On mesure ici que la mise en œuvre effective par l’Allemagne du projet radical de gestion nationale des flux migratoires présenté par Horst Seehofer – si tel devait être l’aboutissement de la crise politique allemande – sonnerait le glas de toute coopération européenne en la matière et ouvrirait la voie au chacun-pour-soi, qu’attendent en particulier les quatre pays d’Europe centrale ainsi que l’Autriche. Et cette pratique ne manquerait pas de s’étendre à d’autres domaines, dans un enchaînement que l’on qualifie ici de terrifiant.

    Même si cette perspective apocalyptique ne se réalise pas, les différentes voies de sortie de crise en Allemagne n’enchantent guère les milieux européens. Dans tous les cas de figure, le poids de la chancelière et la voix de son pays seraient encore davantage affaiblis dans les instances de l’UE, dont le bon fonctionnement (à moins d’un an des élections européennes et du renouvellement de la Commission européenne) reposerait quasi-exclusivement sur les plus volontaires, c’est-à-dire sur Emmanuel Macron et ses homologues espagnol, portugais, irlandais, ainsi que du Benelux.

    « Il est d’une totale irresponsabilité », disait hier soir un eurodéputé pourtant de la famille politique conservatrice, « que des luttes de pouvoir régionales prennent en otage l’Allemagne et l’Europe, on croit revivre l’épisode du Parlement wallon qui, de longues semaines durant, avait à lui seul bloqué l’accord commercial européen avec le Canada. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.