GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le ballon «Baby Trump» flottera dans le ciel de Londres le 13 juillet

    media Ballon dirigeable à l'effigie de Donald Trump à Londres le 26 juin 2018. REUTERS/Simon Dawson

    Un ballon dirigeable géant représentant un Donald Trump en couche-culotte flottera à Londres pendant la visite du président américain, vendredi 13 juillet. La nouvelle a été officialisée à la suite de l'autorisation donnée, jeudi 5 juillet par le maire de la capitale britannique Sadiq Khan.

    De notre correspondante à Londres, Murielle Delcroix

    Un gros bébé Trump au visage orangé, colérique avec de toutes petites mains ne portant rien d'autre qu'une couche et un portable : voilà ce que pourront contempler les Londoniens en levant la tête vendredi prochain. Le ballon gonflé à l'hélium flottera pendant deux heures au-dessus du Parlement dans la matinée du 13 juillet pour que le très susceptible président américain « sache bien que toute la Grande-Bretagne le regarde de haut et se moque de lui ».

    Cette petite phrase assassine de Leo Murray, l'organisateur de l'événement donne le ton à quelques jours de la venue de Donald Trump. Une visite controversée qui devrait donner lieu à des manifestations hostiles au locataire de la Maison Blanche, à Londres principalement mais aussi dans plusieurs autres grandes villes du royaume.

    D'habitude très prompt à réagir via son compte Twitter, le président amricain n'a bizarrement fait aucun commentaire sur le « baby Trump » pour l'instant. Seul son ami Nigel Farage, ex-dirigeant du petit parti xénophobe Ukip s'est indigné face à « la plus grande insulte jamais faite à un président américain en exercice ». Un tweet rageur qui pour toute réponse s'est vu conseiller de simplement prendre de la hauteur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.