GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Skripal: Moscou menace l'UE de «représailles» après de nouvelles sanctions
    • France/Stocamine: l'Etat renonce à extraire les déchets dangereux toujours enfouis (document officiel)
    • L'ambassadrice d'Italie convoquée au ministère français des Affaires étrangères après des propos de Di Maio
    • Henri d'Orléans, comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France est décédé à l'âge de 85 ans
    • France/Audition de Benalla au Sénat: «Je ne détiens aucun secret sur qui que ce soit», n'exerce «aucun chantage»
    • France: Google condamné à 50 millions d'euros d'amende par la Cnil pour défaut d'informations de ses utilisateurs (officiel)
    • Au Burkina Faso, Christophe Diabiré vient d'être nommé au poste de Premier ministre
    • RDC: reprise des programmes de RFI à Kinshasa
    • Zimbabwe: arrestation du patron du syndicat à l'origine de la grève générale, selon ses avocats
    • Audition au Sénat: Benalla reconnaît avoir commis «un certain nombre d'erreurs»
    • Venezuela: arrestation des militaires qui se sont rebellés contre Maduro (armée)
    • Nom de la Macédoine: le Parlement grec se prononce jeudi (agence ANA)
    • Scandale de la viande de cheval: le procès Spanghero s'ouvre ce lundi à Paris
    • Venezuela: des militaires appellent dans une vidéo à ne pas reconnaître le président Nicolas Maduro
    • Syrie: le groupe EI revendique une attaque ce lundi contre des forces kurdes et américaines (organe de propagande)
    • Politique française: Yannick Jadot (EELV) se déclare contre une loi «anticasseurs» (BFMTV et RMC)
    • Les transports publics nationaux seront bientôt gratuits au Luxembourg, «ce sera payé via les impôts», indique un ministre
    • Grand débat national: les Républicains fustigent les «meetings de campagne» d'Emmanuel Macron (porte-parole)
    • Attentat de Salisbury: l'Union européenne sanctionne les chefs du renseignement militaire russe (officiel)
    • Frappes en Syrie: Israël ne laissera «pas passer» les actes «d'agression» iraniens, selon Netanyahu
    Europe

    Turquie: Erdogan a dévoilé son nouveau gouvernement

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan, accompagné de son épouse Emine Erdogan, a fait un discours lors d'une cérémonie au palais présidentiel, lundi 9 juillet 2018. REUTERS/Umit Bektas

    En Turquie, Recep Tayyip Erdogan a entamé, lundi 9 juillet, un nouveau mandat avec de vastes pouvoirs, dans le cadre d’un nouveau régime hyper présidentiel marqué par la disparition du poste de Premier ministre. Première mesure du président : la mise en place de son cabinet. Recep Tayyip Erdogan a annoncé dans la soirée les noms de ses ministres. Et il y a quelques surprises.

    Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

    Première grande nouveauté de ce gouvernement : le titre de vice-président fait son apparition. Recep Tayyip Erdogan aurait pu en choisir plusieurs, mais il n’y en aura qu’un : Fuat Oktay, sous-secrétaire du Premier ministre dans le gouvernement précédent. C’est un proche d’Erdogan passé longuement par le privé et qui ne risque pas de lui faire de l’ombre.

    Pour le reste, comme attendu, c’est un cabinet très resserré de 16 ministères – contre 26 précédemment – avec une continuité certaine et quelques surprises. Si les ministres de la Justice, des Affaires étrangères et de l’Intérieur restent inchangés, le gendre du président, Berat Albayrak, reçoit une promotion. Il passe de l’Energie au stratégique ministère des Finances et du Trésor, sorte de super ministère de l’Economie. Recep Tayyip Erdogan a donc confié à un très proche ce poste d’autant plus important que l’économie turque fait face à de nombreux périls.

    Quant à la grande surprise de ce gouvernement, elle concerne la Défense. L’actuel chef d’état-major des armées, Hulusi Akar, hérite de ce fauteuil. L’homme est devenu très proche du chef de l’Etat depuis la tentative de putsch de l’été 2016. Sa nomination confirme au passage la mainmise totale acquise ces dernières années par Recep Tayyip Erdogan sur le commandement militaire.

    (Re) lire : Turquie: Recep Tayyip Erdogan a gagné son pari

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.