GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crise chez les conservateurs britanniques: May tente de contenir l’incendie

    media Face à la crise qui agite son gouvernement, Theresa May essaie tant bien que mal de contenir la fronde. REUTERS/Simon Dawson

    Theresa May devait rencontrer ce mardi matin son gouvernement remanié après le départ de deux poids lourds. Le ministre du Brexit David Davis puis celui des Affaires étrangères Boris Johnson ont en effet claqué la porte pour protester contre sa stratégie de compromis avec Bruxelles. Des démissions qui ont provoqué une crise gouvernementale même si Theresa May semble réussir à contenir les dissensions au sein de son propre camp.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Après une journée de tous les dangers pour la dirigeante conservatrice, l’heure est à la trêve et aux conciliabules. Theresa May a très vite manœuvré pour limiter les nouveaux dégâts infligés à son autorité. Pour remplacer le trublion Boris Johnson, elle a nommé chef de la diplomatie Jeremy Hunt, jusque-là ministre de la Santé, qui avait voté pour rester dans l’UE et qui lui est extrêmement loyal.

    Theresa May a aussi fait face à son parti, lundi 9 juillet au soir, en prévenant ses détracteurs qu’elle ne retirerait pas son plan de compromis avec Bruxelles et que si elle tombait, cela revenait à laisser le leader travailliste Jeremy Corbyn devenir Premier ministre et le chaos s’emparer du pays.

    Fragilisée mais pas à terre

    « Indéniablement, ces deux démissions recréées des spasmes au sein du gouvernement britannique, au sein du parti conservateur, avec les uns qui appellent à une ligne à nouveau beaucoup plus dure et les autres qui trouvent que ce n’est pas assez "soft". La démission de Boris Johnson aura peut-être encore plus d’incidences que celle de David Davis qui, lui, n’appelait pas à un vote de défiance vis-à-vis de Theresa May alors que Boris Johnson a des ambitions personnelles beaucoup plus fortes. Cela fait des mois que l’on se dit que, de toute façon, c’est un poste dont finalement personne ne voudrait », affirme Elvire Fabri, chercheure à l’institut Jacques Delors.

    Theresa May est certes une fois encore fragilisée, mais loin d’être définitivement à terre. Néanmoins, son sort va dépendre de la réaction de l’UE à sa dernière proposition sur le Brexit : si Bruxelles accepte de la négocier, Theresa May pourrait bénéficier du soutien de ses députés qui, en majorité, sont prêts à ces concessions.

    En revanche si les Vingt-sept la rejettent, les « rebelles » pourraient organiser un vote de défiance. Il faut que 48 députés conservateurs envoient une lettre pour déclencher ce vote. Pour le moment, ils ne sont pas assez nombreux, car personne ne voit de remplaçant crédible à Theresa May. Mais si les négociations s’enveniment avec Bruxelles, la dirigeante pourrait être poussée dehors.

    Des démissions qui laissent Bruxelles de marbre

    A Bruxelles, la démission des deux ministres et du secrétaire d’Etat britannique laisse de marbre les milieux européens, rapporte notre correspondant dans la capitale belge, Quentin Dickinson. Pour que cela influence les négociations, disait lundi soir un diplomate italien, encore faudrait-il qu’il y ait des négociations. Et c’est bien là le problème : en six mois, le négociateur anglais David Davis ne s’est dérangé que pendant un total de quatre petites heures pour traiter avec son homologue européen Michel Barnier.

    Pusillanime et paresseux, David Davis a en réalité été marginalisé par Theresa May et le peu de pourparlers qui se sont tenus ont été entre hauts fonctionnaires aux premiers rangs desquels le conseiller Europe à Downing street, Olly Robbins.

    Davis avait au moins un avantage, c’est que Michel Barnier et lui-même ont été l’un et l’autre ministres de l’Agriculture dans leur pays respectif au même moment, ils se connaissaient donc depuis longtemps. Tel n’est pas le cas de son successeur Dominic Raab, qui totalise tout juste huit mois dans une fonction ministérielle subalterne et qui avec Michel Barnier se trouvera face à un responsable politique à la plus grande expérience à haut niveau des questions européennes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.