GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les 450 migrants, dont l'Italie ne voulait pas, ont débarqué en Sicile

    media Un migrant à son arrivée dans le sud de l'Espagne, le 14 juillet 2018. (photo d'illustration) REUTERS/Jon Nazca

    Les 450 migrants qui se trouvaient à bord de deux navires militaires dans les eaux italiennes ont tous débarqué à Pozzallo, en Sicile, dans la nuit de dimanche à lundi. L'autorisation de débarquement de tous les migrants est arrivée tard dans la soirée. La décision est intervenue après que cinq pays de l'Union européenne, la France, l'Espagne, le Portugal, Malte et l'Allemagne, ont décidé de prendre chacun 50 migrants. «Aujourd'hui, pour la première fois, nous sommes en mesure de dire qu'ils ont atterri en Europe», a déclaré la présidence du Conseil des ministres.

    «Le terrible voyage des migrants qui se trouvaient depuis des jours sur deux navires face au port de Pozzallo s'est achevé dans la nuit avec leur débarquement», a déclaré Roberto Ammatuma, maire de Pozzallo, dans le sud de la Sicile. Un navire de l'agence européenne Frontex et un autre des autorités italiennes avaient secouru quelque 450 migrants qui se trouvaient sur un bateau surchargé en Méditerranée, au large de l'île de Linosa, à 100 miles nautiques de Malte.

    Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur refusait de les laisser débarquer et insistait pour qu'ils retournent vers Malte, voire la Libye. Ce dernier mène en effet une campagne visant à interdire aux navires des organisations humanitaires d'accoster
    en Italie. Le gouvernement italien souhaite plus que jamais pointer du doigt le manque de solidarité de l'Union européenne dans la gestion du problème migratoire.

    Dès samedi 14 juillet, la France et Malte avaient annoncé accepter de prendre 50 migrants dans chaque pays, rejoints par l'Allemagne, puis l'Espagne et le Portugal. Pour le Premier ministre Giuseppe Conte, c'est un véritable succès : « C'est ça la solidarité et la responsabilité que nous avons toujours demandée à l'Europe et qui maintenant, après les résultats obtenus lors du dernier conseil européens, commence à devenir réalité », a-t-il souligné. « Poursuivons ce chemin, avec fermeté et dans le respect des droits de l'Homme », a-t-il conclu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.