GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Rejetés par les pays européens, 40 migrants sont bloqués au large de la Tunisie

    media Des migrants débarquent sur le port de Malaga, en Espagne, le 7 juillet 2018. (Photo d'illustration) REUTERS/Jon Nazca

    Quarante migrants et l'équipage du Sarost 5 sont bloqués devant le port de Zarzis, en Tunisie. Le navire battant pavillon tunisien est arrivé sur place après avoir été refusé par l'Italie, la France et surtout Malte. C'est pourtant ce dernier pays qui est censé secourir ces rescapés, car leur embarcation était située en zone maltaise quand elle a été signalée. Deux femmes enceintes se trouvent à bord.

    C'est le capitaine du Sarost 5, un navire d'approvisionnement battant pavillon tunisien, qui a appelé les autorités tunisiennes à « intervenir d'urgence » pour lui permettre d'accoster au large de Zarzis, dans le sud du pays.

    Ce navire commercial a secouru 40 migrants, dont huit femmes et notamment deux enceintes. Or, il patiente au large de ce port. Une attente qui « commence à être très longue, au détriment de notre travail », déplore le capitaine, Ali Hajji, interrogé par l'Agence France-Presse.

    « L'équipage du bateau est épuisé moralement et physiquement », explique-t-il à l'AFP. « Nous faisons notre maximum pour apporter notre aide aux migrants, dont certains sont malades, et nous risquons d'être contaminés. »

    Selon une source de l'AFP - un responsable de la garde maritime tunisienne s'exprimant sous couvert d'anonymat -, l'autorisation d'accoster à Zarzis « dépasse » ses équipes. « Nous attendons une décision politique », fait-il remarquer. Mais cette dernière tarde à venir de Tunis pour le moment.

    Les 40 migrants à bord du Sarost 5 n'en sont pas au début de leur calvaire. Ils seraient originaires d'Afrique subsaharienne et d'Egypte, et seraient partis de Libye à bord d'une embarcation pneumatique avant d'être perdus en mer cinq jours.

    Un problème symptomatique de la crise européenne

    Ces personnes ont finalement été repérées, à une date non précisée, par le navire Caroline III, envoyé par un centre de secours maltais. Problème : selon des ONG tunisiennes, quand ce bateau a appelé à l'aide les gardes-côtes d'Italie, de France et de Malte, ces derniers « ont refusé d'accueillir les rescapés ».

    Selon ces ONG, le prétexte des Européens, c'était que « les ports les plus proches étaient situés en Tunisie ». Les migrants ont donc finalement été pris en charge par le Sarost 5. Le Croissant-Rouge a pu les examiner à deux reprises.

    « Huit migrants ont la gale et les deux femmes enceintes risquent de perdre leur bébé », relate Mongi Slim, responsable du Croissant-Rouge à Médenine, une ONG qui continue d'envoyer médicaments et nourriture. « Nous avons demandé aux autorités tunisiennes d'hospitaliser au moins trois personnes », ajoute-t-il.

    La Tunisie fait partie des pays cités pour l'émergence de possibles centres d'accueil de migrants hors Europe souhaités par l'UE. Mais selon M. Slim, les passagers du Sarost 5 « refusent d'être accueillis par la Tunisie et veulent rejoindre l'Europe ».

    Watch The Med-Alarm Phone s'est fait une spécialité de repérer les bateaux à la dérive en Méditerranée, pour les guider vers d'éventuels sauveteurs. Et pour Olivia Santer, militante au sein de ce réseau, la situation du Sarost 5 est symptomatique de la crise de l'accueil européen. Ci-dessous, ses explications sur RFI.

    Les cas qu'on a de plus en plus, c'est qu'on a des appels de bateaux en détresse qui proviennent de la Libye. Et nous, quand on appelle maintenant le MRCC Rome, c'est-à-dire le centre de coordination des recherches et des sauvetages maritimes basé à Rome, les autorités italiennes nous disent que la responsabilité de sauvetage incombe aux Libyens
    Olivia Santer, militante à Watch The Med-Alarm Phone 21/07/2018 - par RFI Écouter

    → Écouter aussi : Le patron du HCR appelle les Européens à donner l'exemple

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.