GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»
    Europe

    Catalogne: Carles Puigdemont retourne en Belgique pour continuer son combat

    media Carles Puigdemont lors d'une conférence de presse à Berlin, le 25 juillet 2018. REUTERS/Hannibal Hanschke

    L'ancien président de Catalogne Carles Puigdemont va retourner en Belgique pour continuer à y mener son combat pour l'indépendance de sa région. Il ne court désormais plus le risque d’être extradé vers l’Espagne, puisque Madrid a retiré le mandat d'arrêt européen lancé contre lui. Carles Puigdemont peut donc se déplacer comme il l'entend, hormis en Espagne, et continuer à jouer un rôle politique central au sein du camp indépendantiste.

    L'ancien président de Catalogne avait été arrêté il y a quatre mois en Allemagne, alors qu’il revenait en voiture de Finlande. Désormais libre de ses mouvements, Carles Puigdemont entend continuer à tirer les ficelles de la politique catalane, en mettant sur pied en Belgique un Conseil de la République, sorte d’organe officieux de la cause séparatiste.

    « Mon activité politique sera de nouveau dirigée depuis la Belgique. C’est là que se trouvent nos sièges, le Conseil de la République. Le changement de gouvernement en Espagne a signifié un changement de style, un changement de climat, de langage », déclare Carles Puigdemont.

    Aux commandes du gouvernement espagnol depuis le mois dernier, Pedro Sanchez a déjà rencontré Quim Torra, le chef de l’exécutif catalan. Le Premier ministre socialiste a promis de trouver une issue politique à la crise, mais refuse catégoriquement d’organiser un référendum d’autodétermination que réclame Carles Puigdemont.

    L’ancien président de Catalogne entend continuer à exister sur la scène politique espagnole à distance, puisqu'il risque toujours d'y être arrêté. En théorie, il doit attendre le délai de prescription de 20 ans. « Je ne sais pas si je devrais attendre 20 ans pour mettre les pieds en Espagne, ce que je sais, c'est que je n'attendrai pas 20 ans pour mettre les pieds en Catalogne », promet-il. En attendant, c’est à Waterloo, où il résidait avant son arrestation, que des membres du gouvernement catalan lui préparent une cérémonie de bienvenue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.