GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Guerre commerciale: la France refuse un accord global entre Washington et l'UE

    media Jean-Claude Juncker et Donald Trump en discussion dans le jardin de la Maison Blanche, à Washington, le 25 juillet 2018. REUTERS/Joshua Roberts

    L’unité se fissure entre les Européens après la rencontre mercredi 25 juillet à Washington entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker. Le président américain et celui de la Commission européenne sont apparemment tombés d’accord pour désamorcer la guerre commerciale. L’Allemagne est plutôt enthousiaste, la France beaucoup moins.

    Il est bien de revenir au dialogue avec les Américains. Le ministre français de l’Economie ne peut pas dire le contraire, lui qui plaide en ce sens depuis plusieurs mois. Mais Bruno Le Maire, dans une déclaration transmise à l’Agence France Presse, va plus loin, il réclame des clarifications immédiates sur les mesures adoptées à la Maison Blanche.

    « Une bonne discussion commerciale ne peut se faire que sur des bases claires. Elle ne peut être conduite sous la pression », a affirmé le ministre des Finances français qui refuse l’idée de Washington d'un accord global. « Nous ne voulons pas entrer sur la négociation d'un grand accord dont nous avons vu les limites avec le TTIP », l'accord à propos duquel les discussions entre Bruxelles et l'administration de Barack Obama avaient échoué il y a deux ans, a prévenu Bruno Le Maire.

    Du fait des normes européennes, pas question pour le locataire de Bercy que l’agriculture entre dans la discussion, sachant les concessions sur le soja faites à Donald Trump. Bruno Le Maire demande au contraire que soit inclus l’accès aux marchés publics américains pour les entreprises européennes.

    L'Allemagne heureuse, la BCE prudente

    Au contraire, Berlin a jugé « constructif » le résultat de la rencontre entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker. Alors que le secteur automobile emploie quelque 800 000 personnes en Allemagne, « la menace des tarifs douaniers automobiles est écartée », se réjouit le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas. « Nous nous sommes aussi mis d'accord pour travailler ensemble contre les pratiques commerciales injustes et pour une réforme de l'OMC », a-t-il ajouté.

    Plus nuancé, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, a jugé que l'entretien est un « bon signe », mais qu'il est « trop tôt » pour crier victoire. La BCE estime notamment que « la menace du protectionnisme reste importante ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.