GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: l'agression de Daisy Osakue pas raciste, Salvini jubile

    media Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a dénoncé une «fausse alerte de racisme en Italie». REUTERS/Lisi Niesner

    Daisy Osakue, l'athlète d'origine nigériane blessée dimanche soir par un lancer d'œuf effectué par trois jeunes Turinois n'aurait pas été victime d'un acte raciste, a révélé l'enquête. Le ministre de l'Intérieur d'extrême droite Matteo Salvini jubile.

    Cinq jours après, l'affaire Daisy Osakue fait encore couler beaucoup d'encre en Italie. Car cette Italienne née à Turin de parents nigérians n'est pas n'importe qui : à 22 ans, elle est l'une des discoboles les plus prometteuses d'Italie. Son agression dimanche 29 juillet a provoqué une avalanche de réactions indignées.

    La jeune athlète avait été touchée par un œuf lancé depuis une voiture près de Turin, dans le nord du pays, provoquant une abrasion et une lésion de la cornée. Cette blessure avait un temps fait craindre qu'elle ne puisse pas participer aux championnats d'Europe la semaine prochaine à Berlin.

    Ses agresseurs ont été retrouvés jeudi soir. Il s'agit de trois jeunes de 19 ans, étudiants à l'école hôtelière, qui ont lancé des œufs en direction d'autres personnes, au hasard. Ils auraient agi par désœuvrement. Il s'agissait de s'amuser, de salir des vêtements, pas de blesser, a raconté l'un d'eux, fils d'un conseiller municipal du Parti démocrate (centre gauche), au quotidien La Stampa. « Le racisme n'a rien à voir là-dedans », a-t-il juré.

    Accusé d'attiser les tensions communautaires, le ministre de l'Intérieur d'extrême droite Matteo Salvini s'est insurgé contre cette « fausse alerte de racisme en Italie ». « Le racisme n'a rien à voir avec les faits. C'est une invention de la gauche. D'ailleurs ces parfaits crétins sont des fils à papa du Parti démocrate », , a-t-il écrit sur sa page Facebook, « oubliant » la trentaine d'agressions, dont deux mortelles, contre des personnes de couleur depuis l'arrivée de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles au pouvoir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.