GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: Erdogan demande le gel des avoirs de deux ministres américains

    media Le président turc Recp Tayyip Erdogan lors d'un meeting à Ankara, le 4 août 2018. Kayhan Ozer/Presidential Palace/Handout

    C’est un nouveau chapitre de la crise diplomatique entre Washington et Ankara. Les Etats-Unis avaient gelé les avoirs de deux ministres turcs jeudi 2 août pour protester contre le maintien en détention d'un pasteur américain en Turquie, accusé de terrorisme et d'espionnage. Ankara avait promis de « répliquer rapidement » à ces sanctions, ce qui a été fait ce samedi matin.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    Les chefs de la diplomatie turc et américain se sont rencontrés vendredi 3 août à Singapour, sans parvenir à résoudre la crise malgré les politesses diplomatiques de circonstances. 

    Recep Tayyip Erdogan attendait probablement l'issue de cette discussion avant de s'exprimer, ce qu'il a fait finalement ce samedi matin à Ankara.

    « Nous sommes restés calmes jusqu'à hier soir. Mais maintenant mes amis, moi aussi j'ai donné des instructions. Les avoirs en Turquie des ministres américains de la Justice et de l'Intérieur seront saisis, s'ils en ont ! On ne peut pas faire la leçon à la Turquie de cette façon ! Leur approche, c'est une manifestation de leur évangélisme et de leur sionisme, voilà ce que c'est ! », a lancé le président turc.

    C'est la première fois que de telles sanctions réciproques sont adoptées par deux alliés de l'Otan, mais désormais Ankara a peu de moyens de pression supplémentaires à l'encontre de Washington, alors que cette crise risque de coûter très cher à l'économie turque, déjà affaiblie par la réaction très négative des marchés depuis l'annonce des sanctions américaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.