GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Incirlik, nouvelle zone de tensions entre Ankara et Washington?

    media La base turque d'Incirlik. Photo prise en janvier 2016. TOBIAS SCHWARZ / POOL / AF

    Alors que les relations entre les Etats-Unis et la Turquie sont au plus bas, le président américain Donald Trump vient de signer le projet de loi américain sur la défense contenant une clause qui suspend le transfert d'avions de combat F-35 fabriqués aux Etats-Unis, vers la Turquie. Le texte interdit la vente des avions de combats jusqu’à ce que le Pentagone se soit prononcé sur les relations entre la Turquie et les Etats-Unis dans les trois mois. Ankara pourrait répliquer en interdisant aux forces américaines l'accès à la base turque d'Incirlik. Dans les deux cas, ces sanctions pourraient se retourner contre leurs auteurs.

    Comme les principaux pays de l'Otan, la Turquie a été partenaire de l'avion de combat furtif  F-35 dès le début du programme. Ankara a commandé une centaine d'avions de ce type, et l'armée de l'air turque devait devenir le 3e opérateur du F-35 dans le monde.

    Pour le moment, le contrat est gelé, mais tirer un trait sur ce partenariat sera difficile car certains composants de l'avion sont fabriqués en Turquie dans le cadre d'un partage industriel. Selon le département américain de la Défense, il faudrait deux ans pour retrouver des sous-traitants équivalents. Les grandes visites techniques des moteurs des F-35 doivent également se faire dans un centre de contrôle situé en Turquie, pour l'essentiel des clients européens de l'avion. En rompant le dialogue avec Ankara, l'industrie américaine pourrait donc y laisser des plumes.

    Dans l'autre sens, les restrictions qu'impose régulièrement la Turquie autour de l'utilisation de sa base d'Incirlik pourraient encourager les alliés à chercher des alternatives. La présence américaine sur la base serait de l'ordre de 500 personnels, mais les avions engagés, notamment contre l'organisation Etat islamique, peuvent aller ailleurs, au Koweït, à Chypre, en Jordanie, voire en Roumanie. Il reste tout de même la délicate question des armes nucléaires tactiques stockées sur la base pour le compte de l'Otan, et qui échappent donc au contrôle direct d'Ankara.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.