GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Catastrophe de Gênes: rétablir le trafic sans le pont Morandi, un réel défi

    media L'économie de Gênes tourne beaucoup autour de son port, le plus important du pays. Or, la ville pourrait devenir impraticable dès la fin des vacances d'été. REUTERS/Stefano Rellandini

    En Italie, plus de 48 heures après l'effondrement du pont autoroutier de Gênes, les grues et les pelleteuses continuent de déblayer les décombres. Le bilan n'a pas évolué de la journée : 38 morts et 15 blessés, dont huit se trouvent encore dans un état grave. Les recherches continuent, car il reste des personnes disparues. Une autre priorité des autorités locales consiste à rétablir les moyens de communication et les livraisons de marchandises.

    La ville de Gênes et la région Ligurie ne sont pas à genoux, nous réagissons vite et de manière efficace, voilà le message en substance, du président de la région Giovanni Toti, commente notre envoyée spéciale à Gênes, Juliette Gheerbrant.

    Peu de place pour la compassion et des réponses concrètes, comme toutes ces mesures annoncées par le maire Marco Bucci pour accélérer le retour à la normale. En matière de transport, il exhorte les Génois à emprunter les transports publics, de nouvelles lignes de bus gratuites vont être mises en circulation, comme des renforts sur les lignes ferroviaires ou la gratuité des parkings.

    Le défi est de concilier les déplacements des particuliers avec ceux des poids lourds. Ces derniers ne circuleront plus aux heures de pointe. L’enjeu économique est énorme, il faut rétablir par ailleurs le fret maritime, le port fonctionnera la nuit.

    Des mesures rassurantes annoncées également pour les personnes délogées, toutes doivent avoir un toit fin octobre au plus tard; 664 personnes sont concernées.

    10 à 20 personnes encore sous les décombres

    Une bonne nouvelle côté bilan humain, 6 blessés ont quitté l’hôpital 8 restent toutefois dans un état grave. L’urgence pour les secouristes est de retrouver les disparus, ou le corps des disparus, car l’espoir est mince désormais. Selon les autorités, entre 10 et 20 personnes seraient toujours enfouies sous les décombres.

    La cérémonie de funérailles de victimes aura lieu samedi matin, près du port. Ce jour-là, l'Italie observera une journée de deuil national en hommage aux victimes.


    ■ Derrière le drame, un géant du secteur, Atlantia

    Deux jours après le drame, la société Autostrade per l’Italia, gestionnaire de l’autoroute qui enjambe le pont Morandi est pointée du doigt par les autorités. Mercredi, le gouvernement a décidé de lui retirer le droit d'exploiter l'autoroute sans attendre les conclusions de l'enquête judiciaire. Conséquence jeudi matin, le titre en Bourse du groupe propriétaire d'Autostrade per l’Italia, Atlantia, perd un quart de sa valeur à Milan. Mais qui se cache derrière Atlantia ?

    Atlantia est un leader européen des autoroutes à péage. Derrière ce groupe, il y a Edizione Holding, la société financière détenue par la famille Benetton et dont les dirigeants sont aujourd’hui désignés à la vindicte publique.

    En Italie, le groupe gère la moitié du réseau routier à travers des filiales comme Autostrade per l'Italia. Mais ce n'est pas tout. En France, il gère la Société des autoroutes du Nord et de l'Est (Sanef) et l'aéroport de Nice, mais aussi une partie des réseaux routiers au Brésil et au Chili.

    Mais voilà qu'après le tragique accident de Gênes, son titre en Bourse a perdu plus du quart de sa valeur à Milan. De quoi affoler ses dirigeants. Dans un communiqué ce jeudi, ils critiquent la décision du gouvernement de retirer la concession de l'infrastructure avant « que les causes de la catastrophe n'aient été établies ».

    Mais pour le président du Conseil Giuseppe Conte, le gouvernement ne peut attendre que la justice se prononce. Même si dans ce cas, l'Etat devra payer une forte somme en dédommagement. Entre 15 à 20 milliards d'euros, correspondant aux revenus qu'Autostrade per l'Italia doit en principe tirer de son exploitation jusqu'à 2042. Le bras de fer entre Atlantia et le gouvernement italien ne fait que commencer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.