GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Prêtres pédophiles: les victimes irlandaises attendent du pape des gestes forts

    media Le pape François à son arrivée à la résidence présidentielle, à Dublin, le 25 août 2018. REUTERS/Dylan Martinez

    Le pape François entame ce samedi une visite de deux jours en Irlande, en clôture de la Rencontre mondiale des familles. Une visite historique pour un souverain pontife, la dernière remonte à Jean-Paul II en 1979. Et beaucoup d'Irlandais attendent un geste fort de sa part sur la question des prêtres pédophiles, une attente partagée par leur Premier ministre qui a demandé au souverain pontife d'user de sa « position » pour faire en sorte que « justice » soit rendue aux victimes.

    Avec notre correspondant à Dublin, Julien Lagache

    Le pape François a évoqué ce samedi, dès son arrivée à Dublin, sa « honte » et sa « souffrance » face à « l'échec des autorités ecclésiastiques » pour affronter de manière adéquate les « crimes ignobles » du clergé en Irlande.

    Mais au-delà des paroles, les victimes et leurs proches demandent des actes. Le pays a en effet connu de nombreuses révélations depuis le milieu des années 90 et il est temps, disent-ils, d'agir pour punir les responsables.

    Marie Collins, célèbre militante irlandaise, violée par un chapelain quand elle avait 13 ans, faisait partie de la commission pontificale pour la protection des mineurs instaurée par le pape en 2014 avant d'en démissionner l'an dernier à cause de l'opposition que l'instance rencontrait à la Curie.

     → A (RE)LIRE : Pédophilie: les réseaux remontés contre la visite du pape en Irlande

    A la veille de l’arrivée en terres irlandaises du souverain pontife, elle expliquait à nouveau qu’il fallait plus que des excuses de l'Eglise pour avancer : « Je pense qu'il y a une peur de l'effet domino : si on enquête sur les évêques et qu'on commence à les révoquer, on va se demander combien encore vont tomber. Mais ce qui compte, c'est qu'on se débarrasse de chaque brebis galeuse et il faut le faire dès maintenant ! »

    Selon elle, le pape veut réellement réformer le Vatican mais se heurte à une forte opposition. Elle estime donc qu'il doit à présent prendre ses responsabilités. « Le pape a des pouvoirs et est au-dessus de n'importe qui d'autre. Il faut donc qu'il affronte cette opposition. Et si cela veut dire révoquer quelqu'un même de haut placé, il doit le faire. »

    Car jusqu’ici, il n’y a rien eu de très concret, regrette Mark Healy, quinquagénaire qui a été violé par deux prêtres différents quand il avait 9 et 12 ans. « Pouvez-vous me lister les grands chantiers qu'a mis en place le Vatican depuis quatre ans pour apporter reconnaissance, soutien et solution à de si nombreuses victimes ? Moi je dis qu’il n'y a rien. »

    Tolérance zéro

    Comme lui, les associations d'aide aux victimes de viol reprochent à l'Eglise son manque d'action et de coopération. Ce qui freine leur travail juge Deirdre Kenny, chef du département juridique de l'ONG One in four. « Aux yeux des victimes, il y a cette impression que la loi ne les aide pas, que c'est à elles de prouver ce qui leur est arrivé, déplore ce dernier. Et elles savent que le Vatican a des dossiers sur les prêtres qui ont perpétré ces crimes mais refuse de les dévoiler. »

    Marie Collins veut donc elle inverser totalement cette tendance et demande à ce que l’Eglise mette en place une politique de tolérance zéro contre les prédateurs sexuels dans le monde entier, sans attendre que l'actualité l'y invite.

    « Ça a été mis en place aux Etats-Unis parce qu'il y avait eu un scandale au sein de l'Eglise, explique la sexagénaire. Mais est-ce qu'on va attendre qu'il y ait des crises, pays après pays, pour instaurer des règles appropriées ? Il faut l'appliquer partout ! »

    Et pour Marie Collins il s'agit à la fois de résoudre d'anciennes affaires autant que d'en prévenir de nouvelles. Elle met d'ailleurs en garde contre la tentation de parler des scandales de pédophilie au passé...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.