GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: une célèbre réfugiée syrienne inculpée pour avoir aidé des migrants

    media Les soeurs Sarah (à gauche) et Yusra Mardini, réfugiées et nageuses syriennes, lors des Bambi awards à Berlin, le 17 novembre 2016. Axel SCHMIDT / AFP

    La police grecque a annoncé ce mercredi 29 août l'arrestation de trente personnes sur l'île de Lesbos. Elles sont accusées d'appartenir à un réseau qui aurait facilité l'entrée de migrants en situation irrégulière sur le territoire grec. Parmi elles, un nom connu, celui de Sarah Mardini, la soeur de Yusra Mardini, une nageuse syrienne qui avait participé en 2016 aux Jeux olympiques dans une équipe d'athlètes réfugiés et actuellement ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco. Sarah Mardini était venue travailler comme bénévole pour aider les réfugiés sur l'île de Lesbos.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Sarah et Yusra Mardini s'étaient fait connaître du grand public en 2015. Pendant trois heures et à la force de leurs bras, elles avaient remorqué leur embarcation en difficulté au large de l'île de Lesbos, sauvant la vie à 18 personnes. C'est sur cette même île que Sarah Mardini s'est fait arrêter il y a une semaine.

    Cette réfugiée syrienne réside habituellement en Allemagne mais se trouvait sur place pour travailler comme bénévole pour l'organisation non-gouvernementale grecque Emergency response centre international (ERCI), tout comme un autre bénévole germano-irlandais, Sean Binder. Cette ONG avait notamment coopéré l'année dernière avec le gouvernement, en installant un centre de santé à Moria, là où se trouve le centre d'enregistrement pour migrants et réfugiés.

    Selon l'avocat des deux jeunes, les preuves apportées par la police ne correspondent pas aux accusations qu'il juge très graves. Il estime notamment que certains crimes dont ils sont accusés ont été commis à des moments où ils n'étaient pas sur place. L'affaire rappelle celle des membres des ONG danoise et espagnole qui avaient été accusés de faits similaires et qui ont été acquittés en début d'année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.