GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le fonds souverain de la Norvège appelle à la protection des océans

    media Yngve Slyngstad, le patron du fonds souverain norvégien, le 27 février 2018. Ole Berg-Rusten / NTB Scanpix / AFP

    Les entreprises devraient en faire plus pour protéger les océans, notamment contre la pollution par des déchets plastiques. C'est ce qu'estime le plus gros fonds souverain au monde, celui de la Norvège, dans un document publié ce mercredi 5 septembre.

    « L'océan est un élément vital de la biosphère et un élément important pour l'économie mondiale », a souligné Yngve Slyngstad, le patron du fonds qui pèse 8 660 milliards de couronnes, c'est-à-dire environ 890 milliards d'euros. « Nous attendons des entreprises qu'elles gèrent les défis et opportunités liés à une utilisation durable des océans », a-t-il ajouté dans un communiqué.

    Poids lourd de la finance mondiale, le fonds a publié un document dans lequel il énonce ses attentes dans ce domaine à l'égard des quelque 9 000 entreprises dans lesquelles il est investi. Il les enjoint notamment d'intégrer cette thématique dans leur stratégie, appelant par exemple les producteurs de plastique à envisager une transition vers une « économie circulaire », économe en matières premières et les armements de pêche à intégrer des projections sur les stocks futurs.

    Des exigences vertueuses, des considérations financières

    Ces attentes s'adressent aux entreprises actives en mer (transport maritime, pêche, aquaculture) mais aussi à celles basées à terre et qui peuvent avoir un effet sur les océans (distribution, industrie plastique, agriculture), précise le fonds.Celui-ci a déjà dans le passé fait connaître ses exigences dans d'autres domaines, la gestion de l'eau, la lutte anti-corruption, les droits de l'Homme ou encore la transparence fiscale, jugeant que de mauvaises pratiques en la matière pouvaient nuire à la rentabilité des entreprises.

    Jeudi dernier, le fonds a également publié un document dans lequel il examine sa contribution aux objectifs de développement durable de l'ONU. « Notre contribution la plus importante est de renforcer la gouvernance, d'améliorer les performances et de promouvoir des pratiques d'affaires compatibles avec le développement durable », a affirmé M. Slyngstad.

    À côté de ses exigences vertueuses dictées par des considérations purement financières, le fonds obéit à un ensemble de règles éthiques qui lui interdisent notamment d'investir dans les sociétés coupables de violations graves des droits de l'Homme, celles qui fabriquent des armes nucléaires ou « particulièrement inhumaines », ou dans les secteurs du charbon et du tabac.

    (avec AFP)

    → A écouter : Norvège: questions sur le plus important fonds souverain du monde

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.