GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    UE: la médiatrice fustige la procédure de nomination de Selmayr

    media Martin Selmayr, secrétaire général de la Commission européenne, à Bruxelles, le 7 mars 2018. REUTERS/Eric Vidal

    À Bruxelles, l’affaire Selmayr a trouvé ce lundi 3 septembre sa conclusion avec la publication des conclusions de l’enquête menée par la médiatrice de l’Union européenne Emily O’Reilly. L’affaire Selmayr, c’est la nomination en février à la tête de la fonction publique européenne d’un fonctionnaire, Martin Selmayr, une nomination vue par certains comme une quasi-affaire d’État et par d’autres comme une tempête dans un verre d’eau qui aura fait couler beaucoup d’encre. Il reste qu’une motion avait été votée au Parlement européen et que la médiatrice de l’Union européenne avait été saisie de deux plaintes. Pour la médiatrice européenne, c’est l’exemple à ne plus suivre.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    La nomination de Martin Selmayr le 21 février dernier au poste de secrétaire général de la Commission européenne a été vue par les uns comme du favoritisme, voire du népotisme, et par les autres comme une décision hâtive. La personnalité de l’intéressé, qui préfère susciter l’efficacité plutôt que la sympathie, est peut-être pour quelque chose dans les remous que sa nomination avait provoqués dans le Landerneau européen.

    La médiatrice de l’Union européenne a mené une enquête approfondie et en a conclu qu’il n’y avait pas lieu de remettre en cause la nomination de Martin Selmayr mais que la Commission avait tordu le bras aux règles. Selon Emily O’Reilly, c’est tout bonnement un acte de mauvaise administration. Pour elle, il faut mettre en place de nouvelles procédures impliquant des personnalités extérieures pour les futures nominations à un poste aussi important.

    La commission maintient la posture adoptée il y a six mois, à savoir une autojustification maladroite. Et du côté du Parlement européen, les verts estiment que cette nomination contestée ne peut que faire reculer la confiance des citoyens en l’UE à quelques mois des élections européennes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.