GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: au moins 50 des migrants du Diciotti ont disparu

    media Des migrants secourus du «Diciotti» débarquent du navire, dans le port de Catania, en Italie, le 26 août 2018. REUTERS/Antonio Parrinello

    Les passagers du Diciotti, secourus en Méditerranée fin août, continuent d’être au cœur de l’actualité italienne. Selon Rome, au moins un tiers des personnes débarquées en Sicile ont depuis disparu. Pour le ministre de l’intérieur Matteo Salvini – plus que jamais déterminé à empêcher les arrivées de migrants – c’est la preuve que ces personnes n’ont pas besoin d’aide. Mais l’Eglise n’est pas de cet avis.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Tréca,

    En Sicile, les passagers du Diciotti ont tous été enregistrés et leurs empreintes digitales répertoriées. Ils devaient être acheminés dans toute l’Italie, à Florence, à Bologne. Certains sont déjà à Turin.

    Mais, au cours de leurs transferts d’un centre d’accueil à l’autre, certains migrants ont disparu. D’abord à deux, puis à trois, chaque jour ils sont plus nombreux. Au moins 50 des 144 rescapés du Diciotti se sont volatilisés. Quelques Comoriens, des dizaines d’Erythréens, tous ne sont pas encore identifiés.

    Selon l’Eglise, en charge de leur hébergement, ils ont choisi de partir - c’est leur droit et personne ne le conteste - probablement pour remonter vers les pays du Nord. Mais les organisations catholiques dénoncent aussi une autre raison pour les migrants d’avoir déserté les centres d’accueil : la peur de sortir de l’Union européenne.

    En vertu de l’accord passé par l’Italie au moment du débarquement, une vingtaine de personnes devaient être transférées en Albanie, selon des procédures que le ministère italien de l’intérieur est incapable de clarifier. Dans le doute et la crainte d’une destination forcée, ils ont préféré reprendre la route. Dans la clandestinité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.