GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Europe

    Suède: la question de l'immigration au coeur de la campagne des législatives

    media Manifestation contre l'extrême droite de Alternative pour la Suède à Stockholm, le 7 septembre 2018. TT News Agency/Erik Simander via REUTERS

    L'immigration est au cœur de la campagne électorale pour les élections en Suède où le parti des Démocrates suédois, extrême droite, pourrait devenir la deuxième formation du pays. Deux jours avant le scrutin, dans l'un des quartiers populaires de Stockholm, la capitale, les habitants sont divisés. Reportage.

    De notre envoyée spéciale à Skärholmen, Juliette Gheerbrant

    À Skärholmen, des bâtiments sans âme autour d'une grande place et un marchand de fleurs entourent le centre communal. Dans ce district qui est l’un des plus pauvres de Stockholm, comme dans le pays, le vote est ouvert depuis le 22 août.

    « Je pense que c’est très important, nous explique Lars Lindberg. Parce que le parti des démocrates suédois grandit et il faut qu’on vote pour qu’ils ne gagnent pas trop de pouvoir. Je n’aime pas ces gens, je ne veux pas qu’ils puissent prendre des décisions importantes pour la Suède. Et je n’aime pas le discours qu’ils tiennent sur les questions liées à l’immigration. » Ce Suédois de 51 ans était en déplacement, mais tient absolument à voter.

    Peter est également convaincu de l'importance de son vote... mais pas pour les mêmes raisons. « Je pense que ceux que je veux voir au gouvernement ont besoin de ma voix, nous dit cet électeur de 62 ans. Je veux changer de gouvernement, on a besoin de quelque chose de nouveau. Il ne se passe rien, les écoles, les hôpitaux… la seule chose, c’est plus d’impôts, toujours plus d’impôts, et on a rien en échange ! »

    Peter lui vote pour les Démocrates suédois. Pour lui l’immigration « est un très grand problème ». « Pourquoi ?! Eh bien… faites le tour de la place vous verrez : il n’y a presque pas de Suédois. Les gens viennent de partout, les prix sont trop élevés et aussi, il y a la criminalité… et le gouvernement prend ça tellement à la légère ! »

    70% de la population est d'origine étrangère

    Dans ce district où 70% de la population est d'origine étrangère, Lorena Delgado en est l’un des symboles. Cette femme de 44 ans est née dans une famille de réfugiés de la dictature chilienne. Lorena est la présidente du district et une élue du parti de gauche. Lors d’un entretien au café de la place, elle se souvient de 2015, lorsque la vague de réfugiés a surpris les autorités suédoises.

    « Evidemment pour l'organisation de la ville ça a été un choc, mais on a pris les bonnes décisions, et on a réagi très vite pour que tout le monde soit pris en charge. Et maintenant, je dirais que c'est très calme, on n'a plus les gros problèmes qu'on a connus dans le passé ».

    De jeunes migrants marchent sur l'autoroute E45 depuis Padborg, à la frontière dano-allemande, en direction de la Suède en septembre 2015. ©SCANPIX DENMARK/AFP

    L'urgence pour selon elle c'est de réduire les délais de traitement de demande d'asile, pour que les gens ne restent pas quatre ans sans rien faire. « Il faut qu'on arrive à leur donner les outils pour qu'ils se débrouillent dans notre pays, c'est ça la vraie question sur l'immigration et pas tellement le nombre de gens qui arrivent, parce que la Suède a besoin que ces gens viennent travailler dans le pays. La question c'est de savoir comment on fait pour que les gens apprenent le suédois et trouvent du travail plus rapidement qu'aujourd'hui ».

    Le cricket est devenu très populaire dans les pays scandinaves grace aux migrants afghans et pakistanais qui ont trouvé le moyen de renouer avec leurs racines. ©JONATHAN NACKSTRAND / AFP

    Travail : les entreprises locales coopèrent

    A Stockholm, le taux de chômage des habitants nés en Suède est de 3,1%, celui des habitants nés à l'étranger de 13,6%. Des résultats à faire pâlir d'envie nombre de pays européens. A l'agence pour l’emploi, Haris Trbonja, responsable à la trentaine élégante se félicite. « On fait un super boulot pour les gens qui ne sont pas là depuis longtemps, on coopère très bien avec les entreprises locales.

    « Et on constate maintenant que le temps pour trouver un emploi quand on arrive a diminué de moitié depuis 2007. Il y a bien sûr encore beaucoup de travail, des problèmes à résoudre mais je pense qu'on va dans la bonne direction. » Et l’intégration explique-t-il spontanément, il connait : s’il est né en Suède c’est parce que ses parents ont fui la guerre de l’ex-Yougoslavie.

    Retour sur la place de Skärholmen. Amir est assis sur un banc avec ses copains. Lui, c'est la guerre d'Irak que ses parents ont fui dans les années 1990. Et le résultat de dimanche prochain l'inquiète. « J’ai 19 ans, je vis en Suède et je vais voter cette année ! Si on ne vote pas les racistes vont peut-être gagner... et c’est bon pour personne. Je suis né ici, j’aime cet endroit, et je ne me suis jamais senti mal à l’aise en Suède. Mais on voit de plus en plus de gens racistes et je ne comprends pas pourquoi. Bien sûr que je suis un peu inquiet : parce que physiquement je ne ressemble pas à un Suédois, mais à l’intérieur de moi, je suis Suédois ».

    Une identité qu'Amir ne laissera personne lui contester.

    Une manifestation anti-migrants du Mouvement de la résistance nordique à Stockholm, le 12 novembre 2016. JONATHAN NACKSTRAND / AFP
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.