GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Italiens «humiliés» par l'arrivée des cafés Starbucks

    media La chaîne américaine Starbucks s'est installée à Milan, en Italie. REUTERS/Stefano Rellandini

    En Italie, une polémique enflamme les réseaux sociaux. Partisans et adversaires se bagarrent à coups de tweets et de posts passionnés. L'enjeu de ce match inhabituel, c’est l’arrivée de Starbucks dans le pays. Le leader mondial des moccacinos et autres cappuccinos a inauguré à Milan le jeudi 6 septembre, son premier point de vente dans la péninsule.

    De notre correspondante à Rome,

    Le sujet est brûlant comme un expresso. Un intérêt national est en jeu. L’Italie, c’est le pays du café aux meilleurs mélanges, décliné à la tasse, au verre, serré, allongé, au lait , au cacao, chaud ou froid. Alors l’ouverture au coeur de la capitale lombarde de 2 400 mètres carrés sous l’enseigne américaine du café en gobelet de papier, « c’est une humiliation », écrit le Corriere Della Sera, un « scandale », hurlent les défenseurs de la tradition, « du vol », accuse même une association de consommateurs qui a porté plainte contre Starbucks.

    Le cappuccino des Américains coûte jusqu'à 4 euros. C’est plus de deux fois le prix des bars italiens traditionnels. Un peu fort de café quand même. Et c’est ainsi que tout le pays discute de savoir s’il est acceptable ou pas de boire du café américain vendu trois fois plus cher.

    Une usine à café qui mise sur la réinsertion et l'emploi

    Pourtant la mairie de Milan a encouragé et soutenu cette implantation. L'entreprise américaine a en effet ouvert beaucoup plus qu’un bar, une usine à café avec sur place, au milieu des clients, une machine capable de torréfier 3 450 kilos de café par jour. De quoi fabriquer du café pour ses autres points de vente en Europe. Elle a annoncé la création de 300 emplois, et promis l’insertion de jeunes sans qualification et de migrants. Beaucoup y voient une chance de développement économique.

    Une version italienne du Starbucks pour mieux séduire

    Alors si les opposants au Starbucks se déchaînent sur les réseaux sociaux au nom de l’identité italienne trahie, les amateurs de grandes tasses de mocaccino sont eux sur le terrain. Prêts à faire la queue pendant 3 ou 4 heures sous la pluie pour entrer dans le temple milanais du café américain et là - première surprise - une bonne odeur de pain cuit au four sur place.

    Pas de donuts ou de muffins, comme à New York ou Londres, mais des pizzas et des focace préparées sur place par un célèbre boulanger milanais. Les tasses en carton sont noires avec lettres d’or. Sur une mezzanine, on sert aussi des cocktails et des boissons alcoolisées. Pour son siège milanais, la chaîne américaine casse tous ses codes et invente un autre concept, à l’italienne. Ça a l’air de marcher. Le magasin ne désemplit pas.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.