GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Skripal: Moscou dit avoir retrouvé les criminels qui sont «des civils»

    media Alexander Petrov et Ruslan Boshirov, deux ressortissants russes ont été formellement accusés par Londres de tentative de meurtre sur l'ancien agent russe Serguei Skripal et sur sa fille Yulia. Metroplitan Police handout via REUTERS

    La Russie affirme avoir trouvé les suspects de l’affaire Skripal. C’est le président russe lui-même qui l’annoncé à l’occasion du Forum écononomique de Vladivostock, une semaine après les révélations de Scotland Yard. Pour autant Vladimir Poutine reste sur la position adoptée par la Russie depuis le début de l’affaire, écartant toute responsabilité dans l’empoisonnement de l’ancien espion et de sa fille.

    De notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

     « Nous savons de qui il s’agit, nous les avons trouvés », a d’abord déclaré Vladimir Poutine. Ajoutant aussitôt : « Nous espérons qu’ils apparaitront eux-mêmes au grand jour pour dire qui ils sont ». Le président russe n’a donné aucun autre détail sur les deux suspects, dont les noms ou les pseudonymes ont été révélés la semaine dernière par les enquêteurs britanniques.

    « Ce sont des civils bien évidemment », a simplement déclaré le président russe qui a ajouté « je vous assure qu’il n’y a là rien de criminel ». En clair Vladimir Poutine affirme que les deux hommes existent, qu’ils ont été identifiés et retrouvés mais il ne reconnaît absolument pas leur culpabilité, et dément tout lien avec les services du renseignement militaire.

    Des deux hommes, on ne sait donc quasiment rien. Hormis les informations livrées par les autorités britanniques – et celles très parcellaires débusquées par la presse russe, notamment le site d’information Fontanka, qui affirme avoir trouvé l’appartement moscovite enregistré au nom de l’un des deux suspects. Selon Fontanka, les deux hommes auraient effectué de nombreux voyages au cours des deux dernières années, dans plusieurs pays européens. Hormis ces quelques élements le mystère reste complet.

    Si Vladimir Poutine affirme aujourd’hui que les deux hommes ont été retrouvés, cela ne veut pas dire pour autant bien au contraire que la Russie s’apprête à les arrêter et encore moins à les extrader. Londres a très vite réagi en accusant Moscou de « mensonges ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.