GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Belgique s'inquiète de l'arrestation d'une ressortissante au Nicaragua

    media Manifestation en faveur de la libération des personnes arrêtées en marge du mouvement des derniers mois au Nicaragua, samedi 21 juillet 2018 à Managua. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Parmi les personnes arrêtées lors des manifestations anti-Ortega au Nicaragua figure une jeune étudiante du « Movimiento Estudiantil 19 De Abril » qui détient la double nationalité belgo-nicaraguayenne et dont le sort inquiète la famille et préoccupe les autorités belges. La jeune fille est accusée de « terrorisme », de « séquestration », « d'incendie volontaire » et de « port d'arme », des accusations montées de toutes pièces, selon son père.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Amaya Coppens est née à Bruxelles et a été élevée au Nicaragua. A 23 ans, elle est étudiante en médecine et fait partie des chefs de file du Mouvement étudiant 19-avril.

    Elle a été arrêtée lundi soir, le 10 septembre, par des policiers et des miliciens paramilitaires à León, la deuxième ville du pays. Son père, Frédéric Coppens, est rentré en Belgique avec deux frères d'Amaya avant l'arrestation de sa fille qui s'est engagée très tôt dans le mouvement protestataire : « Ma fille est dirigeante du mouvement étudiant. Elle s’est engagée dans le mouvement depuis le début, c’est-à-dire mi-avril, comme étudiante. Elle est très motivée par la lutte contre l’injustice, l’autoritarisme croissant du régime Ortega-Murillo. Et c’est plus la répression brutale de la part du régime qui a [poussé] ma fille, comme tant d’autres, se soit rejoindre le mouvement. »

    Transférée à Managua

    Frédéric Coppens affirme qu'Amaya a été transférée vers la capitale, Managua, 70 kilomètres plus au sud et qu'elle est détenue dans le centre de détention préventive d'El Chipote où, selon lui, il y a des cas avérés de torture.

    Le ministre belge des Affaires étrangères affirme suivre de près la situation et envisage un contact direct à son sujet avec son homologue nicaraguayen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.