GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: la livre repart mais la crise menace toujours

    media La livre turque a repris du poil de la bête après les décisions de la Banque centrale d'Istanbul, le 13 septembre 2018. OZAN KOSE / AFP

    La Banque centrale a annoncé mercredi une hausse conséquente des taux d’intérêts en dépit du désaccord de Recep Tayyip Erdogan pour cette politique économique. La mesure est destinée notamment à enrayer la chute de la devise turque, la livre qui s’est écroulée ces dernières semaines. Le message de la Banque centrale a été bien reçu : la livre s’est reprise, la Bourse d’Istanbul ferme en forte hausse ce soir. Mais il en faudra plus pour remettre sur pied l’économie turque, au bord d’une profonde crise.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Avec cette annonce, on pourrait croire que la Banque centrale a repris son indépendance du pouvoir politique puisque Recep Tayyip Erdogan se pose depuis toujours comme le premier pourfendeur des taux d’intérêt élevés afin de stimuler le crédit et la croissance.

    Mais en réalité les autorités bancaires n’auraient pas pu prendre cette décision sans le feu vert du palais présidentiel. Signe implicite qu’Ankara reconnaît aujourd’hui que la politique économique actuelle devait absolument prendre une autre direction.

    Certes, le président turc a bien insisté en affirmant que cette décision n’était pas la sienne, et qu’il s’en distanciait. Mais dans l’immédiat la réaction des marchés a été positive, la livre turque a bondi après avoir perdu 40 % de sa valeur face au dollar cette année. Le message envoyé par la Banque centrale a donc été bien reçu. Il risque cependant d’être insuffisant pour rassurer les marchés, alors que de l’avis de la plupart des économistes la Turquie devrait connaître une période de profonde récession au cours des prochains mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.