GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: le directeur d'une ONG accusé de complicité de trafic migratoire

    media Des familles de migrants afghans viennent de débarquer sur l'île de Lesbos depuis la Turquie, le 6 août 2018. Aris MESSINIS / AFP

    L’enquête se poursuit dans le cadre de l’affaire qui a mené la célèbre réfugiée syrienne Sarah Mardini en détention préventive. Le fondateur et président de l’organisation non gouvernementale pour laquelle elle était bénévole devrait comparaître devant le procureur ce vendredi. La police leur reproche d’avoir apporté un « concours direct aux réseaux organisés de trafic de migrants ».

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Fin août, une trentaine de membres de l’organisation non gouvernementale Emergency Response Centre International avait été mise en cause par la police. Ce mercredi, le fondateur Panos Moraïtis s’est rendu au commissariat de l’île de Lesbos accompagné de son avocat. Il a aussitôt été arrêté, accusé lui aussi d’avoir facilité l’entrée illégale d’individus sur le territoire grec.

    Dans un communiqué publié sur son site internet, l’ONG parle d'« accusations infondées ». Elle s’était installée en 2015 sur l’île de Lesbos. Depuis, elle effectuait des opérations de secours en mer et offrait notamment des soins médicaux primaires dans le centre de premier accueil de Moria.

    En 2017, lorsque le gouvernement avait annoncé qu’il travaillerait uniquement avec ses propres services dans les hotspot et non plus avec des associations, à Moria, ERCI avait fait partie des ONG choisies pour effectuer la jonction dans le domaine médical. Cinq membres sont donc désormais en détention préventive.

    Pendant ce temps-là, dans les cinq hotspots sur les îles de l’est de la mer Egée, la situation est plus que jamais critique. A Moria, il y aurait plus de 8000 personnes pour 3000 places.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.