GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: les transferts de réfugiés et migrants vers le continent s’accélèrent

    media Un réfugié dans le camp de Moria sur l'île grecque de Lesbos, le 10 janvier 2017. Petros Tsakmakis/Intimenews via REUTERS

    La Grèce accélère les transferts de réfugiés et migrants des îles de l'est de la mer Egée vers le continent. Une centaine de personnes ont pu quitter l'île de Lesbos ce vendredi ; 2 000 particulièrement vulnérables suivront le même chemin prochainement. Comme régulièrement depuis deux ans, le gouvernement tente de désengorger les centres d'enregistrement pour réfugiés et migrants. Sur les îles se trouvent près de 20 000 réfugiés et migrants pour 9 000 places. Depuis deux ans, la situation ne semble qu'empirer.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Cette semaine, ce sont les employés des services d'asile qui ont décidé d'alerter l'opinion publique sur les conditions dans le camp de Moria. Rien qu'à Lesbos, il y aurait plus de 11 000 demandeurs d'asile. Pour Boris Cheshirkov du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, les procédures ont été ralenties par le nombre d'arrivées : « Si vous arrivez aujourd'hui sur certaines îles et certainement à Lesbos, votre premier entretien avec les services d'asile grecs est prévu pour le milieu ou la fin de 2019 donc dans un an. Cela montre à quel point le nombre de personnes ne correspond pas aux ressources et aux structures en place. »

    Attente, frustrations, conditions de vie indignes créent des tensions, selon Boris Cheshirkov : « Vous voyez beaucoup de professionnels du service grec d'asile qui travaillent sur les îles, ils atteignent aussi leurs limites, car ils doivent faire face à une pression tellement importante en travaillant dans ces conditions, avec une population qui est stressée, exténuée et sous pression. »

    Selon lui, dans le hotspot de Moria la moitié des personnes dorment dans des tentes ou abris de fortune, avec au moins 50% de femmes et d'enfants. Depuis la signature de la déclaration Union européenne-Turquie il y a deux ans, seules les plus vulnérables peuvent être transférées vers le continent pour attendre la réponse à leur demande d'asile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.