GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Suède: le Premier ministre Stefan Löfven démis par le Parlement

    media Le Premier ministre suédois Stefan Löfven, lors d'une conférence de presse après son éviction par le Parlement. TT News Agency/Anders Wiklund via REUTERS

    C’est toujours le flou politique qui domine en Suède. La coalition de centre droit et l’extrême droite ont uni leurs voix ce mardi 25 septembre 2018 pour démettre le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven, affaibli après les législatives du 9 septembre, qui n’ont pas permis de dégager de majorité. Un Premier ministre part, mais personne, encore, n’est prêt à le remplacer.

    Avec notre correspondant à Stockholm,  Frédéric Faux

    Deux semaines après les élections législatives, la Suède est toujours dans l’impasse. Ce mardi matin, les députés nouvellement élus ont démis de ses fonctions le Premier ministre Stefan Löfven, qui restera cependant à son poste pour expédier les affaires courantes.

    Mais personne ne sait encore qui pourrait le remplacer, et encore moins la couleur politique de la majorité « qui va gouverner le pays pour les quatre prochaines années ».

    Le vote des Suédois, qui n’ont donné qu’un seul député d’avance à la coalition de gauche par rapport à celle de droite, et qui ont mis l’extrême droite en position d’arbitre, a déjà bouleversé les habitudes politiques du pays.

    Vers une alliance droite-extrême droite ?

    La présidence du Parlement, qui revient traditionnellement au bloc le plus important, a finalement été attribuée lundi à un député de droite, soutenu par le vote de l’extrême droite.

    Ce nouveau président devrait maintenant confier la tâche difficile de former un nouveau gouvernement à Ulf Kristersson, le patron des conservateurs. Sachant que la droite ne pèse pas assez pour gouverner seule, et qu’elle refuse pour l’instant le soutien de l’extrême droite, les négociations s’annoncent longues et difficiles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.