GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Qui est Oyub Titiev, lauréat du Prix des droits de l'homme Vaclav Havel?

    media Oyub Titiev, responsable en Tchétchénie de l'ONG Memorial, est emprisonné depuis janvier 2018 pour avoir transporté du cannabis. Les ONG dénoncent un coup monté. REUTERS/Said Tsarnayev

    Le Prix des droits de l'homme Vaclav Havel du Conseil de l'Europe a été décerné ce lundi 8 octobre à Strasbourg à Oyub Titiev, responsable en Tchétchénie de l'ONG Memorial des droits de l'homme en Tchétchénie.

    Grand amateur de sport, Oyub Titiev, 61 ans, a commencé sa carrière comme professeur d'éducation physique. Né en Asie centrale, où de nombreux Tchétchènes ont été exilés par Staline, il revient sur les terres de ses ancêtres dans les années 1990, en pleine guerre de Tchétchénie.

    Chargé d'identifier et d'évacuer les corps des personnes tuées pendant les combats et de recueillir des informations pour retrouver et libérer les personnes disparues, Oyub Titiev s'implique corps et âme dans ses nouvelles activités de défenseur des droits de l'homme.

    Au début des années 2000, il rencontre Natalia Estemirova, la directrice du centre Memorial, un réseau d'organisations et d'associations qui s'occupe entre autres des cas de tortures et fournit une assistance juridique aux victimes et à leur famille. Elle est enlevée puis assassinée à Grozny en 2009.

    Malgré le danger et les menaces, y compris ouvertement de la part du président tchétchène Ramzan Kadyrov, Oyub Titiev reprend les rênes de l'organisation.

    Début 2018, il est arrêté au volant de sa voiture. La police affirme avoir retrouvé du cannabis sous le siège du passager. Un coup monté, selon plusieurs ONG, qui dénoncent une attaque destinée à le réduire au silence et à entraver son travail de défenseur des droits humains. Son procès s'est ouvert en juillet dernier. S'il est reconnu coupable, le militant encourt jusqu'à 10 ans de prison.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.