GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Burkina Faso: 32 «terroristes neutralisés» lors de deux opérations de l'armée
    • Iran: un policier a été tué par des «émeutiers» dans l'ouest (média d'Etat)
    • Washington et Séoul reportent leurs manoeuvres aériennes conjointes en «signe de bonne volonté» (Esper)
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    Europe

    Procès des bébés volés en Espagne: pas de condamnation mais un coupable

    media Inés Madrigal, à la sortie du tribunal a dit «être partagée» concernant le verdict et a décidé de faire appel devant la Cour suprême. JAVIER SORIANO / AFP

    En Espagne, le premier procès dit des «bébés volés» ne donne finalement lieu à aucune condamnation. Un gynécologue et accoucheur, ancien directeur de clinique a bien été reconnu coupable d'avoir séparé un nourrisson à peine né de sa mère pour le donner à une femme stérile, mais il n'a pas été condamné. Le parquet avait requis 11 ans de réclusion, mais les magistrats ont considéré que les faits étaient prescrits.

    Ils étaient nombreux à manifester ce 8 octobre devant le tribunal à l'occasion de ce premier procès des bébés volés pendant la période du franquisme et le verdict les laisse insatisfaits. Le crime dont ils ont été victimes a été reconnu par les juges, mais ils sont déçus de voir un des principaux acteurs du trafic de bébés échapper à une condamnation parce que les faits sont prescrits. Des faits qui sont pourtant terribles et qui concernent des milliers de nouveau-nés.

    Eduardo Vela était obstétricien à la clinique San Ramon de Madrid sous la dictature. Il a été reconnu coupable d’avoir séparé Ines Madrigal de sa mère biologique et d'avoir falsifié son acte de naissance en juin 1969, pour la donner à Ines Perez, une femme stérile, avec la complicité d'un prêtre jésuite. Les bébés étaient retirés à leurs parents après l'accouchement, déclarés morts et adoptés par des couples stériles, de préférence proches du régime «national-catholique» la plupart du temps avec la complicité de l'Eglise catholique.

    Le trafic a perduré jusqu'en 1987. Malgré l'ampleur du scandale, aucune des  2 000 plaintes déposées n’a pour l’instant abouti à une condamnation.
     

    Inés Madrigal, qui avait déposé plainte contre Eduardo Vela accusé de l'avoir séparée de sa mère biologique et d'avoir falsifié son acte de naissance en juin 1969 pour la donner à une femme stérile, se dit « partagée ». Mme Madrigal a annoncé qu'elle fera appel devant la Cour suprême. « Evidemment, je suis contente parce qu'il est reconnu qu'Eduardo Vela a fait tout ce qu'il a fait, mais je ne pensais pas que les juges s'arrêteraient à la question de la prescription », a-t-elle déclaré à la presse.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.