GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    A Vérone, des milliers de manifestants défilent pour l'avortement

    media Le conseil municipal de Vérone a décidé d'octroyer des fonds aux associations de lutte contre l'avortement (illustration). DEA / W. BUSS / Contributeur

    Les rues de Vérone, dans le nord de l'Italie, se sont remplies de manifestants ce samedi 13 octobre. Ils réclament la pleine application de la loi de 1978 sur l’IVG et s’inquiètent d’une motion de la Ligue adoptée par le conseil municipal.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    La décision du conseil municipal de Vérone a de quoi faire frémir. Votant une motion portée par un conseiller municipal de la Ligue, la ville est la première d'Italie à avoir décidé d’octroyer des fonds publics aux associations catholiques locales pour les soutenir dans leur campagne anti-IVG. En réaction, des milliers de personnes ont défilé ce samedi dans les rue de cette ville du nord de l'Italie pour protester contre cette décision et réclamer un « avortement libre, sûr et gratuit ».

    Dans le pays, entre 70 et 85 % des gynécologues, selon les régions, refusent de pratiquer des IVG en faisant jouer la clause de conscience. L’influence de l’Eglise est un grand sujet de débat. Certains sociologues estiment que le poids des catholiques les plus conservateurs augmente. Pour d’autres, les praticiens qui sont objecteurs de conscience le sont plus pour des raisons personnelles que religieuses.

    Quoi qu’il en soit, pour les femmes qui choisissent, ou sont contraintes d’interrompre leur grossesse, notamment les migrantes, la situation est alarmante. Elles sont en effet souvent obligées d’avorter dans la clandestinité. Bien décidées à défendre la loi sur l’avortement, les associations féministes et humanitaires vont donc poursuivre leur mobilisation au niveau national, jusqu’au 8 mars.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.