GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Ukraine, la création d’une Eglise indépendante de Moscou ravive les tensions

    media Des policiers patrouillent devant la Laure des Grottes de Kiev, un important monastère orthodoxe situé dans la capitale ukrainienne, le 14 octobre 2018. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    L'Ukraine est sous tension après la création d'une Eglise orthodoxe ukrainienne indépendante de l'Eglise russe. Le Kremlin a assuré vouloir protéger les fidèles russes en Ukraine. De quoi rappeler la réthorique du début de la guerre, en 2014.

    A Kiev, les autobus de police sont bien visibles, notamment aux alentours de plusieurs églises. Lundi, l'Eglise orthodoxe russe a annoncé rompre ses liens avec le patriarcat de Constantinople après la reconnaissance par celui-ci d'une Eglise ukrainienne indépendante.

    Les orthodoxes en Ukraine sont divisés, entre ceux fidèles au patriarcat de Moscou et ceux se revendiquant d'un patriarcat de Kiev autoproclamé après l'indépendance du pays en 1991 et qui n'était jusqu'alors reconnu par aucune autre Eglise orthodoxe dans le monde. La rivalité entre ces deux Eglises a été exacerbée par la crise russo-ukrainienne, marquée par l'annexion de la péninsule de Crimée en 2014 et par un conflit avec des séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, qui a fait plus de 10 000 morts.

    Aucune provocation n'a été recensée jusqu'à présent, d'un côté ou de l'autre, rapporte notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert. Le président Petro Porochenko, grand acteur de l'indépendance d'une Eglise ukrainienne, se veut aussi très rassurant : « La construction d'une Eglise orthodoxe indépendante ne peut justifier en aucune manière la source de la discorde, d'un affrontement, ou de violence. »

    Pourtant, tout le monde semble sur ses gardes. Au-delà des déclarations alarmistes venues de Russie, on redoute des saisies d'églises et monastères par la force pour en évacuer le patriarcat de Moscou. Les nationalistes ukrainiens ont déjà procédé ainsi au début de la guerre en 2014.

    Des représentants ukrainiens du clergé de Moscou jettent de l'huile sur le feu, en usant d'une réthorique inquiétante. « Ce que le patriarcat de Constantinople est en train de faire, c'est l'annexion des territoires du patriarcat de Moscou. On peut comparer cela à l'annexion de la Crimée en 2014 », a ainsi estimé l'archevêque Kliment à Kiev, dans une interview à Radio Svoboda.

    On devine en filigrane la menace de troubles civils et d'opérations coup de poing, qui pourraient être rapidement instrumentalisés. La situation est calme à Kiev, mais reste incertaine dans le reste du pays. Le patriarcat orthodoxe de Moscou y contrôle plus de 12 000 paroisses.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.