GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Budget du peuple»: Pierre Moscovici à Rome pour temporiser

    media Le ministre italien de l'Economie et des Finances, Giovanni Tria, et le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, le 18 octobre 2018 à Rome. Alberto PIZZOLI / AFP

    A Rome pour une série de rencontres, le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a remis au ministre de l’Économie, Giovanni Tria, la lettre recensant les graves préoccupations de la Commission européenne sur le projet de budget du gouvernement populiste. Au cours d’une conférence de presse conjointe, le Français a parlé de « désaccords indiscutables » tout en assurant qu’il ne voit pas l’Italie sans l’euro et l’euro sans l’Italie.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Dans un contexte de fortes tensions, depuis ces dernières heures, entre les deux-vices présidents du Conseil, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, qui s’écharpent sur une étendue de l’amnistie fiscale défendue par la Ligue, la lettre de Bruxelles, sur le projet budgétaire jugé hors des clous européens, a en quelque sorte rajouté de l’huile sur le feu.

    Très expansionniste, ce budget dit « du peuple » prévoit un déficit de 2,4 % pour 2019, alors que la dette italienne atteint 131 % du produit intérieur, soit le ratio d’endettement le plus élevé de la zone euro après la Grèce.

    « Je n’imagine pas l’Italie sans l’Europe »

    Mais le commissaire européen, Pierre Moscovici, qui a rencontré à Rome le ministre de l’Économie, Giovanni Tria, a tenté de dédramatiser la situation, lors d’une conférence de presse.

    « Nous sommes en désaccord, incontestablement, a-t-il déclaré. Mais nous devons gérer ces désaccords avec sang-froid. En restant ensemble, dans le même cadre commun qui est celui de la zone euro, des règles de l’Europe. J’ai beaucoup de sympathie pour ce pays qui est fondateur de l’Europe. Je n’imagine pas l’Italie sans l’Europe. L’Europe sans l’Italie. Ni l’euro sans l’Italie et l’Italie sans l’euro ».

    Pour sa part, Giovanni Tria a timidement déclaré que « certaines mesures, contenues dans le projet de loi de finances pourraient être corrigées par le Parlement ». Rome devrait répondre à la lettre de Bruxelles au plus tard le 22 octobre.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.