GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Retrait du traité FNI: le service après-vente américain à Moscou

    media Le président Poutine et le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton, le 2013 octobre 2018 à Moscou. REUTERS/Maxim Shemetov

    Le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton vient de passer deux jours à Moscou, lors desquels il a tenté de justifier aux responsables russes qu’il a rencontrés le retrait américain d’un traité majeur, le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI, ou INF en anglais). Et d'aborder les questions de sécurité internationale, avant de passer une heure et demie avec Vladimir Poutine.

    Avec notre correspondant à Moscou,  Jean-Didier Revoin

    Dépêché à Moscou après l'annonce du retrait des Etats-Unis du traité sur les armes nucléaires de moyenne portée, John Bolton a jugé très constructifs les entretiens qu’il a eus avec différents hauts responsables russes, rapporte notre correspondant à Moscou, Jean-Didier Revoin.

    Le conseiller américain a su rester ferme, leur expliquant qu'ils violaient ce traité et que c'était la raison pour laquelle Washington devait le dénoncer, balayant d’un revers de main l’atteinte à la sécurité mondiale brandie par la Russie.

    « Le problème, a-t-il dit depuis Moscou, c'est qu'il y a des missiles russes violant le traité FNI déployés en Europe maintenant. La menace n’est pas le retrait américain du traité ; la menace, ce sont les missiles. »

    Corentin Brustlein: «Il y a une détermination claire de l'administration, qui est très marquée par Bolton, pour sortir du traité» 24/10/2018 - par Oriane Verdier Écouter

    Voilà plusieurs années que les Etats Unis accusent la Russie de violer ce traité, rappelle à RFI, Corentin Brustlein, directeur du centre des études de sécurité à l'Institut français des relations internationales (Ifri). Les Américains «  ont souligné que les violations datent d'il y a longtemps, les accusations américaines datent d'il y a longtemps aussi... ».

    Et le déploiement de missiles par de nouveaux pays inquiète beaucoup les Etats-Unis. John Bolton a encore qualifié le FNI de « traité bilatéral dans un monde multipolaire ». Pour Corentin Brustlein, directeur du centre des études de sécurité à l'Institut français des relations internationales (Ifri), le problème - plus que les violations du traité par les Russes - est en effet la menace croissante que représentent pour les Etats-Unis des puissances comme la Chine.

    Il y a une compétition qui s'amorce avec la Chine et la Russie. Les Etats-Unis sont bien positionnés pour la gagner. Si ça consiste à déployer des systèmes plus performants que les autres, les Etats-Unis n'ont pas peur de le faire et il vont remporter cette compétition (...) Donc, les traités comme le traité FNI, si on partage cette vision-là, ne sont que quelque chose d'encombrant, une relique encombrante

    Corentin Brustlein, directeur du centre des études de sécurité à l'Ifri 24/10/2018 - par Oriane Verdier Écouter

    Vers une rencontre Trump-Poutine à Paris en novembre

    M. Bolton a rencontré son homologue russe Nikolaï Patrouchev et le chef de la diplomatie. Avec eux, il a passé en revue des problèmes allant de la Syrie à la lutte anti-terroriste, en passant par l’ingérence russe qu'il a qualifiée d’« inefficace ».

    Il s’est aussi entretenu une heure et demie avec Vladimir Poutine, lui signifiant que Donald Trump était prêt à une rencontre en France lors des célébrations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Proposition acceptée.

    Depuis l'annonce samedi dernier par Donald Trump que les Etats-Unis souhaitaient se retirer de l'accord bilatéral FNI, passé avec la Russie pendant la guerre froide, les réactions internationales se sont succédées. L'Union européenne a notamment qualifié ce traité de « crucial » pour la sécurité mondiale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.