GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Roumanie: le gouvernement s'attaque au procureur général

    media Le procureur général de Roumanie Augustin Lazar, le 28 février 2018 à Bucarest. Inquam Photos/Octav Ganea via REUTERS

    Le gouvernement social-démocrate roumain veut désormais la tête du procureur général du pays. Après la cheffe du parquet anticorruption il y a trois mois, il veut asseoir un peu plus sa mainmise sur le système judiciaire.

    Avec notre correspondant à Bucarest, Benjamin Ribout

    Le ministre roumain de la Justice Tudorel Toader n'en finit pas de mettre à mal l'indépendance de la justice de son pays. Mercredi 24 octobre, ce fidèle de Liviu Dragnea, le leader social-démocrate, a lancé une procédure de révocation du procureur général, Augustin Lazar, à la tête du parquet général roumain depuis trois ans. Il l'accuse d'avoir « manqué à ses obligations légales », lui reprochant notamment d'avoir « contesté des décisions de la Cour constitutionnelle » ou encore « critiqué des juges ».

    Des accusations « ridicules » pour l'intéressé, considéré depuis la révocation très critiquée de Laura Codruta Kovesi de la tête de la direction nationale anticorruption en juillet, comme le dernier rempart face aux tentatives du gouvernement de réformer le système judiciaire.

    Le ministre de la Justice vient pourtant de recevoir un rapport très critique de la Commission de Venise, un organe consultatif du Conseil de l'Europe. Celui-ci estime que l'action du gouvernement nuit à l'indépendance de la justice et constitue « un pas en arrière ». Même son de cloche à Bruxelles où l'on s’inquiète toujours plus des dérapages de la Roumanie, alors que le pays doit assumer, à partir du 1er janvier prochain, la présidence tournante de l’Union européenne pour six mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.