GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Présidentielle en Géorgie: un second tour surprise qui s'annonce disputé

    media Grigol Vashadze, candidat du Mouvement national uni, est arrivé en deuxième position de la présidentielle géorgienne, dimanche 28 octobre 2018. REUTERS/Irakli Gedenidze

    En Géorgie, c’est au second tour que le président sera finalement désigné. Salomé Zourabichvili, ancienne diplomate française d’origine géorgienne et grande favorite du scrutin de dimanche 28 octobre, n'a rassemblé « que » près de 39% des suffrages et n’arrive que très légèrement en tête.

    Avec notre correspondant envoyé spécial à Tbilissi, Régis Genté

    C’est une rareté en ex-URSS. Une élection s’y jouera au second tour. Un nouveau signe de la dynamique démocratique qui anime les 3,7 millions de Géorgiens, même si le poste de président reste honorifique. Quelque 46 % des électeurs se sont rendus aux urnes ce dimanche, dans un vote où quasi aucune fraude n’a été relevée.

    Salomé Zourabichvili, annoncée comme favorite grâce au soutien que lui ont apporté l’oligarque Bidzina Ivanichvili et son parti le « Rêve géorgien », au pouvoir depuis six ans, n’a réuni qu’environ 39 % des suffrages.

    Au second tour, qui se déroulera probablement le 2 décembre, elle affrontera Grigol Vashadzé, qui comme elle a été ministre des Affaires étrangères de Géorgie, et candidat du Mouvement national uni, le parti de l’ancien président Mikheïl Saakachvili. Celui-ci a obtenu 37 % des voix.

    Report massif

    Au second tour, ce dernier devrait profiter du report massif des 11 % des suffrages obtenus par l’ancien président du Parlement David Bakradzé. Autrement dit, le second tour pourrait être bien plus disputé que prévu.

    Le scrutin a été pour nombre de Géorgiens une façon de punir le gouvernement et le contrôle informel que Bidzina Ivanichvili exerce sur lui, notamment après une campagne marquée par des révélations où se mêlent arrangements entre pouvoir et certains hommes d’affaires, racket et manipulation de la justice.

    Salome Zurabishvili (en rouge), largement favorite de l'élection présidentielle, est arrivée de justesse en tête du scrutin et devra disputer un second tour. REUTERS/David Mdzinarishvili

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.