GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Budget italien: l'Eurogroupe prend le parti de Bruxelles

    media Le commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici et le ministre italien de l'Économie Giovanni Tria, lors de la rencontre des ministres des Finances de la zone euro, à Bruxelles, le 5 novembre 2018. REUTERS/Francois Lenoir

    Les 19 ministres des Finances de la zone euro se sont réunis lundi 5 novembre après-midi à Bruxelles et la question du budget italien a été le point le plus brûlant à l’ordre du jour.

    Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    Face à l’Italie, les 18 autres Etats de la zone euro ont pris le parti de la Commission européenne. À l’issue de débats intenses sur le budget italien, les ministres des Finances ont écrit noir sur blanc qu’ils partageaient l’évaluation de la Commission. Celle-ci a rejeté le projet de budget italien, jugé en déviation avec les règles de la zone euro. Ce qui inquiète le plus dans l’évaluation est le fait que l’augmentation prévue des dépenses publiques italiennes représente un dérapage excessif du déficit structurel - celui qui ne tient pas compte de l’impact de la conjoncture économique.

    De son côté, Pierre Moscovici, le commissaire aux Affaires économiques, espère amener l’Italie au compromis : « Je ne crois pas que les sanctions soient une bonne démarche, je ne l’ai jamais cru. Je ne crois pas que la punition soit une volonté, je ne l’ai jamais pensé. Et je pense que l’Italie est un pays-cœur de la zone euro, qui doit le rester, à la fois pour le bien de l’Italie et pour le bien de la zone euro. »

    Les ministres des Finances espèrent aussi une modification des projets budgétaires italiens et ils estiment que tous les pays doivent se soumettre aux mêmes règles. Ce qui est particulièrement vrai de l’Italie, car son économie est la troisième de la zone euro : une fragilisation de ses finances publiques fragiliserait tous les pays de l’union monétaire. Et certains avertissent qu’ils seraient prêts le cas échéant à soutenir le principe de sanctions.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.