GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: vague d’émotion après le meurtre d'une militante anticorruption

    media Une rue du centre de Kiev, la capitale de l'Ukraine, le 9 novembre 2017 (Illustration). ©GENYA SAVILOV/AFP

    Le meurtre à l’acide d'une militante anticorruption en Ukraine soulève une vague d'émotion très forte. Katerina Handziouk avait été attaquée le 31 juillet et avait subi plus de dix interventions chirurgicales. Elle a succombé dimanche 4 novembre d'un accident vasculaire. Elle doit être enterrée ce mercredi. De nombreuses manifestations se sont tenues à travers tout le pays pour lui rendre hommage, mais aussi pour exiger des réponses de la part des autorités.

    Avec notre correspondant à Lviv,  Sébastien Gobert

    Nous avons peut-être sous-estimé la gravité de la situation. La célèbre journaliste Nataliya Gumeniuk se fait l'écho de l'onde de choc qui a secoué les médias et la société civile.

    Depuis le début de l'année, plus de 50 attaques contre des militants anticorruption et des défenseurs des droits de l'homme ont été recensées en Ukraine. Soit le fait de représentants du crime organisé, de nationalistes, ou de personnalités corrompues proches du pouvoir. La plupart des agressions sont restées impunies.

    La société civile a certes organisé quelques protestations pour demander une action des autorités. Mais la mobilisation est restée modeste en période électorale. La mort de Katerina Handziouk agit comme un électrochoc dans l'opinion, mais les autorités envoient des signaux peu rassurants.

    Le procureur général Iouriy Loutsenko a joué avec l'annonce de sa démission, en sachant bien qu'elle ne serait pas acceptée par le Parlement. Selon lui, les enquêteurs ont identifié 12 suspects, et il faut juste attendre que la justice suive son cours. Selon ses détracteurs, les coupables sont déjà connus, et le procureur général ne chercherait qu'à étouffer l'affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.