GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les gaz de combat, l'un des pires souvenirs de la Première Guerre mondiale

    media Des enfants tentant de se protéger contre les gaz. «Apocalypse: la Première Guerre mondiale» (lien dans l'article). Francetv.fr

    Ils continuent de défrayer la chronique, et pourtant les grandes nations s'étaient engagées à s'en passer avant même que n'éclate la guerre de 1914-1918, dont nous fêtons le 100e anniversaire de l'armistice ce dimanche 11 novembre 2018. Dans l'univers apocalyptique des tranchées, alors que le conflit est enlisé, les gaz de combat deviennent l'une des hantises de toute une génération de soldats. La guerre chimique est née, mais elle ne permettra pas de sortir de la guerre de positions.

    Quand la Grande Guerre éclate, la convergence entre la chimie et l'industrie a déjà conduit, depuis longtemps, bon nombre d'esprits à s'interroger sur le fait que très vite, l'on risquait de voir apparaître un recours massif aux gaz de combat dans des conflits armés. Autrement dit, voir des protagonistes tenter d'empoisonner leurs ennemis pour les blesser ou les tuer, procédé vieux comme le monde, mais avec désormais un champ des possibles décuplé par la science.

    Or, le procédé d'empoisonnement, à lui seul, indigne certaines âmes à un point tel que dès 1675, un premier accord bilatéral a été signé à Strasbourg par l’Allemagne et la France pour interdire l’utilisation de balles empoisonnées dans les combats. Aussi, à l'ère industrielle, les « lois et coutumes de la guerre » se penchent tour à tour sur le sujet. Insidieux, frappant sans assez de distinction, menaçant les civils et les animaux, le gaz suscite l'effroi.

    La Convention de Bruxelles tente d'interdire, en 1874, l'emploi de poison ou d'armes empoisonnées et l'emploi d'armes, de projectiles ou de matériel causant des souffrances inutiles. Accord non ratifié, mais complété en 1899 à La Haye, lors d'une conférence internationale de la paix - impulsée par le tsar en relation avec le pape - par une interdiction frappant l'emploi de projectiles chargés explicitement de gaz toxique (les balles explosives y passent aussi).

    Ces discussions se déroulent 15 ans avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Les 36 signataires semblent d'accord sur l'idée de s’interdire « l’utilisation de projectiles dont le seul objectif est de diffuser des gaz asphyxiants ou délétères ». Seuls la Grande-Bretagne et les Etats-Unis refusent, parmi les grandes puissances, mais en 1914, toutes les parties prenantes au conflit naissant ont cette fois ratifié un nouveau texte du même acabit.

    Dans une seconde conférence à La Haye, en 1907, « l’emploi de poison ou des armes empoisonnées » est en effet banni par tous, comme le fait « d’employer des armes, des projectiles ou des matières propres à causer des maux superflus ». Sauf que le poison a d'ores et déjà agi, car l'idée a germé. Elle a drainé avec elle la psychose, et le fatalisme de voir tôt ou tard l'adversaire y venir. Donc, la tentation de prendre les devants, à tout le moins pour pouvoir riposter.

    Il faut dire qu'à l'aune de ce conflit porté par les intérêts industriels, la chimie allemande impressionne. Les Français ne se privent donc pas de mener leurs propres recherches bien des années avant 1914. Ils utiliseront d'ailleurs des gaz lacrymogènes dès le début de la guerre. Des grenades chargées de bromacétate d'éthyle. Puis viendra la substance chloracétone. Entre temps, les Allemands s'y sont mis. Le but, utiliser ces gaz pour faire fuir l'adversaire.

    22 avril 1915, ce jour est considéré comme le tournant. Le Daily Mirror qualifiera de « diaboliques » les agissements de l'Allemagne sur le front des environs d'Ypres, ville belge de la province de Flandre occidentale. Bill Siebert, fils d'un membre du bataillon de gazage allemand, confiera des années plus tard : « Mon père n'en parlait pas volontiers. Il m'a juste dit qu'ils étaient prêts depuis un bon moment. Depuis plusieurs semaines. Mais la météo était mauvaise. »

    Regarder un extrait du film Apocalypse : la Première Guerre mondiale

    Œil pour œil, dent pour dent, la maxime européenne

    Pour superviser lui-même l'opération, Fritz Haber, juif allemand qui recevra le prix Nobel de chimie en 1918, avant d'être contraint à l'exil en 1933 et de mourir sur le chemin de la Suisse, a quitté le laboratoire qu'il affectionne d'ordinaire. « Il est le tout premier scientifique, probablement au monde, à avoir endossé l'uniforme militaire pour mener une guerre au gaz ou à l'arme chimique contre un ennemi », confiera sa fille Eva Lewis à la télévision par la suite.

    Le général Erich Georg Anton von Falkenhayn, qui est, après une carrière d'officier d'état-major faite de voyages en Chine, ministre de la Guerre de Prusse depuis 1913 et chef de l'état-major général depuis 1914, a lui-même suivi les recherches et assisté à des essais. En ce mois d'avril, alors que le conflit est enlisé, les Allemands lancent la première opération chimique offensive d'envergure, pour percer jusqu'à la Manche et couper les Anglais de leurs renforts.

    De grandes quantités de toxiques, des tonnes et des tonnes de chlore, sont ainsi lâchées depuis des cylindres d’acier et portées par le vent vers les tranchées adverses. « Mon père disait : il faut un vent ni trop fort, ni trop faible. S'il est trop fort, il disperse trop vite le gaz. S'il est trop faible, le gaz ne bouge pas. Il disait que l'idéal, c'était un vent de 15-25km/h », relatera le fils Siebert. Les Allemands espèrent que le dispositif permettra de réactiver la guerre de positions.

    « Fritz Haber croyait qu'en temps de paix, la science appartenait au monde entier, mais qu'en temps de guerre, elle devait servir pour son pays, sa patrie », selon sa fille Eva. « Si les Allemands commençaient les premiers, cela leur donnerait un avantage qui pourrait écourter la guerre. Il était vraiment persuadé que cela écourterait la guerre », décrypte Mme Lewis, ajoutant que son père espère que l'ennemi fuira au prix de quelques vies seulement.

    Le témoignage de Joyce M. Kennedy, fils d'un de ces soldats canadiens dont Ypres aura servi de baptême de l'enfer, semble accréditer que de prime abord, le plan a fonctionné : « Ils n'y ont d'abord pas vraiment prêté attention. Il y avait alors plus d'étonnement que de peur. Mais lorsqu'ils ont vu les Algériens et les Français fuir, chanceler, tomber puis vomir la bave aux lèvres, et manquer d'air, ils ont pensé : c'est autre chose. Là, ils ont pris peur et ils ont pris la fuite. »

    Le front cède. Mais la percée sera un échec. Ypres n'est pas prise, la progression vers la mer échoue, les avancées territoriales sont minimes. Les généraux prussiens ne profitent pas de la situation et les adversaires se réinstallent. En revanche, les pertes humaines par milliers convainquent Guillaume II de la réussite de l'opération. Haber progressera vite dans la hiérarchie militaire. Les Anglais, outrés, se résigneront à se lancer dans la guerre chimique.

    Œil pour œil, dent pour dent, les Européens se lancent dans une course effrénée aux gaz, aux tests sur animaux, aux masques plus ou moins rudimentaires, d'abord trempés dans l'urine. Les écoliers s'habituent aux alertes, ils s'équipent aussi. L'industrie chimique, qui dispose de matières qui, en temps de paix, sont utilisées pour la peinture, la teinture et autres produits courants, collabore, ce qui laissera une trace indélébile jusqu'à nos jours sur certains grands groupes.

    La course concerne la partie anglaise, française, allemande. Après avoir été cueillis à blanc dans ce cocktail chimique de plus en plus systématique, alors que l'obus est devenu le procédé privilégié pour charrier des substances toujours plus diverses et variées, les gaz moutarde et autres, les Américains s'y mettent aussi après leur arrivée. Dans cette guerre des nationalismes, la course à l'innovation chimique revêt une forme de supériorité nationale.

    Notre webdoc « Grande Guerre : les batailles oubliées de l'Afrique »

    La guerre chimique reste d'actualité dans le monde actuel

    Les gaz traumatisent des soldats déjà réduits au statut de chair à canon dans ce conflit de l'ère industrielle. Ceux qui en subissent les effets, au niveau des yeux, sur leur peau, dans les viscères ; mais les autres aussi. Bon nombre diront d'ailleurs en avoir inhalés sans véritablement le savoir, rendant difficiles les décomptes. Des soldats succombent plus tard, notamment de la grippe espagnole contractée au contact des malades. Voire après le conflit.

    S'il représente une part faible des victimes du conflit, les mots employés dans les témoignages à l'égard du gaz de combat sont du registre de l'effroi. Cette arme est horrible, disent-ils. Un médecin-major écrit : « Les hommes deviennent violets, ils demandent de l'air, se plaignent de brûlures dans la poitrine et dans l'estomac. Nous avions tout vu, les blessures les plus affreuses et les avalanches de fer les plus meurtrières, mais tout cela n'est rien à côté de ce brouillard qui, pendant des heures longues comme les siècles, a voilé à nos yeux l'éclat du soleil. »

    Face à l'usage systématique de gaz sur les fronts de la Grande Guerre, le Comité international de la Croix-Rouge proteste, rappelant l'interdit. En vain. Véritable faillite morale, civilisationnelle, la Première Guerre mondiale s'impose comme le premier conflit chimique, et l'exemple même de ce que l'on avait tenté d'éviter. Les partisans d'une interdiction redoublent d'efforts pour parvenir à une prohibition des gaz asphyxiants, toxiques ou similaires et des moyens bactériologiques.

    Ce sera acté en 1925 à l’occasion du Protocole de Genève. S'ensuivra un long chemin jusqu'à l'année 1993 et la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), un traité international de désarmement qui interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l'usage des armes chimiques. Ces règles, considérées comme une grande réussite en matière de désarmement, entrent en vigueur le 29 avril 1997 après 20 ans de négociations.

    Cette fois, les règles incluent l'interdiction complète des armes chimiques, la destruction des arsenaux existants et surtout un régime de vérification des engagements pris. Ce régime est placé sous l'égide d'une institution indépendante basée à La Haye, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui existe encore de nos jours, rassemble plus de 190 Etats membres et s'est vue décerner en 2013 le prix Nobel de la paix.

    Reste que le mal, insidieux, demeure. La guerre du Rif, les combats anglais contre les bolchéviques, le choc de la Seconde Guerre mondiale et de la solution finale, les tests de gaz sarin par les Français en Algérie, l'usage de gaz contre des civils à Halabja en Irak, puis au Japon dans un attentat au sarin dans le métro de Tokyo en 1995, démontreront que ces armes au statut particulier continuent de sévir. Jusqu'à la guerre en Syrie, toujours en cours.

    Comment être sûr qu'un Etat qui dispose de tous les éléments pour fabriquer ou stocker des armes chimiques, n'en a plus ? Question poignante, même en France. Mais également en Russie, pays accusé récemment par Londres d'avoir utilisé des armes chimiques sur le sol britannique. Ou en Syrie, où alors que le régime de Damas a laissé les équipes de l'OIAC et de l'ONU s'occuper de ses stocks déclarés, la BBC a recensé 106 attaques probables entre 2014 et 2018.

    ► Lire aussi : A Paris, un Forum sur la paix à la rescousse du multilatéralisme

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.