GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Angleterre: José Mourinho limogé par Manchester United (club)
    Europe

    Brexit: un projet d’accord à l’épreuve des divisons britanniques

    media Un anti-Brexit manifeste devant le Parlement, à Londres, le 13 novembre 2018. REUTERS/Simon Dawson

    A moins de cinq mois de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, Londres et Bruxelles ont fini par s'entendre sur un projet d'accord de Brexit que Theresa May va présenter ce mercredi 14 novembre à ses ministres. Le conseil extraordinaire est prévu dans l'après-midi, mais déjà se pose la question de savoir si la Première ministre va réussir à surmonter les divisions qui agitent son gouvernement et la classe politique britannique.

    Theresa May va présenter ce texte comme la meilleure solution possible et tenter de convaincre ses ministres de la soutenir en rappelant les dangers d’une sortie sans accord en mars prochain. Mais la réunion de ce mercredi s’annonce déjà difficile pour la dirigeante, prévient notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix. De nombreux membres de son gouvernement ont d’énormes doutes sur l’accord trouvé. Pour ces ministres, c’est l’heure de vérité.

    Après avoir pris connaissance du document chacun leur tour à Downing Street, ils vont devoir décider s’ils peuvent approuver un texte de compromis qui, comme tous les compromis, risque de ne pas leur plaire. Les ministres qui ont de profondes réserves pourraient décider de claquer la porte et démissionner, à la fois parce qu’ils ne peuvent pas soutenir le projet d’accord mais surtout parce qu’ils pensent qu’il ne sera pas voté par le Parlement britannique.

    L'enjeu parlementaire

    Dès mardi soir, les « Brexiters » comme l’ancien ministre Boris Johnson ou le député Jacob Rees-Mogg ont dénoncé un texte qui ferait de la Grande-Bretagne un « Etat vassal » de l’UE. Le DUP, le parti unioniste nord-irlandais dont dépend tant Theresa May pour conserver la majorité absolue à la Chambre des communes, est très méfiant face au texte.

    Le Labour, le parti d’opposition travailliste de Jeremy Corbyn, lui aussi, doute déjà que ce soit un bon accord. Et même les « Remainers » de tous bords pourraient voter contre un texte qui maintient leur pays dans une union douanière sans les avantages d’un membre à part entière de l’UE ; ils pourraient pousser à la place pour un second référendum.

    Solution irlandaise

    Si les détails de l’accord n’ont pas été rendus publics, il y a eu quelques fuites dans les médias irlandais et britanniques. D'après la chaîne de télévision publique irlandaise RTE, la clause de sauvegarde qui doit garantir d'éviter tout retour à une frontière physique entre les deux Irlande devrait prendre la forme d'un accord douanier temporaire pour l'ensemble du Royaume-Uni.

    Des mesures spécifiques porteront sur l’Irlande du Nord, qui restera plus alignée sur les réglementations du marché unique que le reste du royaume. Le texte prévoit aussi un mécanisme d’arbitrage sur la durée de ce régime provisoire. De leur côté, les ambassadeurs des 27 pays de l'UE se retrouveront mercredi après-midi à Bruxelles, selon deux sources diplomatiques. La chaîne irlandaise RTE a annoncé une réunion du gouvernement irlandais mercredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.