GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Angela Merkel à Chemnitz, trois mois après des violences racistes

    media «Merkel doit partir» peut-on lire sur une pancarte brandie par des opposants à la chancelière allemande, à Chemnitz, le 16 novembre. REUTERS/Matthias Rietschel

    Angela Merkel s'est rendue à Chemnitz, trois mois après des violences racistes dans cette ville d'ex-Allemagne de l'Est, où, pressée par des habitants, elle a dû défendre sa politique d'accueil des migrants en 2015.

    Avec notre envoyé spécial à ChemnitzPascal Thibaut

    « Madame la chancelière, quand allez-vous démissionner ? » demande cet habitant de Chemnitz à Angela Merkel. Le sexagénaire affirme avoir voté pendant des années pour le parti chrétien-démocrate jusqu’à l’année dernière. Comme d’autres intervenants de la discussion, c’est la politique migratoire de la chancelière qu’il critique, le « chaos » comme le dit une autre participante, créé après l’arrivée massive de réfugiés en 2015.

    Criminalité des nouveaux arrivants, peur de l’islam mais aussi les manifestations à Chemnitz fin août/début septembre, toutes ces questions ont joué un rôle majeur durant la rencontre de deux heures entre Angela Merkel et les lecteurs du quotidien régional Freie Presse.

    La chancelière a à nouveau justifié sa décision humanitaire il y a trois ans et expliqué tout ce qui a été fait depuis pour réduire l’immigration, en mettant en avant les tenants et les aboutissants de la politique internationale. Evoquant les manifestations xénophobes des dernières semaines, la chancelière a réitéré sa condamnation : « Je crois que cela ne justifie en rien de se livrer à des actes répréhensibles. »

    Ces arguments rationnels auront-ils convaincu des citoyens inquiets ? Les quelques centaines de manifestants à l’extérieur présents à l’appel d’un mouvement populiste ne l’ont certainement pas été.

    Mais des personnes présentes ont aussi salué l’action de la chancelière et souligné la nécessité d’agir contre la xénophobie, craignant pour l’image de leur ville qui a souffert ces dernières semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.