GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: une journaliste victime d'une violente campagne de dénigrement

    media La journaliste franco-turque Mine Kirikkanat, ici en septembre 2018, a reçu une dizaine de menaces de mort. BULENT KILIC / AFP

    En Turquie, une journaliste du quotidien d'opposition Cumhuriyet est la cible depuis près de deux semaines d'une violente campagne de dénigrement de la part de la presse religieuse et conservatrice. Mine Kirikkanat, journaliste franco-turque, avait affirmé qu'Atatürk, le fondateur de la république turque, était son « idole ». Une insulte à l'islam pour certains ultra-conservateurs. Résultat, la journaliste a reçu depuis dix jours une dizaine de menaces de mort.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    Tout a commencé lorsque Mine Kirikkanat, militante radicale de la laïcité à la turque et éditorialiste à Cumhuriyet, a déclaré sur une télévision de l'opposition qu'elle « adorait » Atatürk. Pour exprimer dit-elle son ras-le-bol de la stigmatisation des milieux laïcs et kémalistes par le pouvoir turc. Conséquence : la presse conservatrice s'est déchaînée contre elle.

    « C'était une levée de boucliers qui me mettait vraiment comme cible, qui disait que j'avais mis Atatürk à la place d'Allah, raconte la journaliste. Un lynchage tellement énorme qui dure, ça fait maintenant dix jours. J'ai compté une dizaine de menaces de mort, il y en a deux que l'on prend très, très au sérieux ».

    Son quotidienla soutient et la Fédération européenne des journalistes a condamné les menaces contre elle. Mine Kirikkanat a lancé des procédures judiciaires, mais elle n'est pas très optimiste sur les chances de succès devant les tribunaux.

    « Pour l'instant on a déposé plainte, mais on a aucun espoir que ça n'aboutisse à quelque chose. C'est pour laisser une place dans l'histoire, au cas où il se passerait un attentat, explique-t-elle. Si je fais reculer cette presse qui me lynche, il y a de l'espoir. S'ils continuent à s'acharner, je ne suis pas suicidaire, bien sûr que je vais partir. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.