GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Budget rejeté par l'UE: les Italiens sur la défensive

    media Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, au centre, entouré de Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur (à droite) et de Luigi Di Maio (à gauche), ministre de l'Industrie, le 22 novembre 2018 à Rome. REUTERS/Remo Casilli

    A l’avant-veille de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker à Bruxelles, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a défendu devant le Parlement les fondamentaux du projet de budget 2019, tout en exprimant son souhait de poursuivre le dialogue avec l’Union européenne et son ouverture à certaines concessions.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Pour le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, Bruxelles doit comprendre que Rome tient à son budget expansionniste « parce que les politiques d’austérité n’ont pas fonctionné », selon lui.

    Mais en contrepartie de mesures très coûteuses, telles que le revenu de citoyenneté, il promet « une accélération des investissements, pour un pays plus compétitif », et la revision à la baisse de certaines mesures.

    Giuseppe Conte assure aussi que « la réduction de la dette italienne est un objectif commun avec l’Europe ».

    Négociation « de marchand de tapis »

    Pour sa part, Luigi Di Maio, vice-président du Conseil et chef du Mouvement 5 étoiles, se déclare en faveur du dialogue avec Bruxelles. Mais il refuse une révision du budget avant les élections européennes.

    Quant au patron de la Ligue, Matteo Salvini, également vice- président du Conseil, il a été piqué au vif par les propos du commissaire européen Pierre Moscovici , selon lequel « un accord avec l’Italie ne peut être le fruit d’une négociation de marchands de tapis ».

    Il insiste aussi sur le respect que doit Bruxelles au peuple italien et, comme Luigi Di Maio, exclut une modification du projet de budget.

    sur le même sujet, écoutez Christophe Bouillaud: «Pour rester populaires, Di Maio et Salvini refusent de céder à Bruxelles» (invité de la mi-journée jeudi)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.