GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    En Albanie, l’un des derniers fleuves sauvages d’Europe menacé par un barrage

    media Situé en Albanie, la Vjosa est le dernier fleuve sauvage d'Europe et pourrait être menacé par un grand projet de barrage Laurent Geslin/RFI

    La nature sauvage attire de plus en plus de touristes au sud de l'Albanie. Dans la région de Përmet, on mise sur un développement responsable - respectueux de l'environnement -, mais tout pourrait être remis en cause si les projets de barrages des autorités venaient à se réaliser. Le gouvernement d’Edi Rama veut construire un grand barrage sur la Vjosa, l'un des derniers fleuves sauvages d'Europe.

    C’est l’un des derniers cours d'eau sauvages du continent. C’est une perle bleue qui dévale des montagnes du Pinde, sur 270 kilomètres, pour se jeter dans la mer Adriatique, au-dessus de Vlora, en Albanie. Sur la première partie de son cours, en Grèce, on l’appelle Aoos, puis il prend le nom de Vjosa. Mais c'est tout le fleuve qui est menacé par la construction de 38 barrages sur son bassin versant.

    « Les gouvernements qui se succèdent depuis une quinzaine d'années ont tous misé sur le développement de centrales hydroélectriques pour accompagner l'explosion de la consommation énergétique et faire tourner le secteur de la construction. Les projets se sont multipliés, environ 500 dans tout le pays, explique Olsi Nika, le directeur de l'ONG Eco Albania. Nous avons déjà exploité 45% du potentiel de nos cours d'eau et il serait temps que l’Albanie commence à diversifier son bouquet énergétique, par exemple avec l'énergie solaire. Il faut surtout d'améliorer l'efficacité du système de distribution : environ 30% de l'énergie produite est perdue. »

    L’une des régions les plus pauvres d’Albanie

    Tout au sud du pays, isolées près de la frontière grecque, les communes de Përmet, Kelcyra et Tepelena se suivent sur le long de la Vjosa et comptent parmi les plus pauvres d’Albanie. Cela ne fait que quelques années que des routes correctes relient la région à Tirana, la capitale. Depuis la chute de la dictature communiste, en 1991, les habitants émigrent massivement en Grèce. Cette perspective est devenue beaucoup moins attractive cette dernière décennie, suite à la crise de la dette. Du temps du « régime », la ville de Përmet ne possédait que de petites industries agroalimentaires - produisant du vin, des alcools ou des conserves, qui comptaient parmi les rares produits d’exportation du pays et qui étaient consommés jusqu'à Cuba.

    Près de la ville, ces anciens « combinats » ne sont plus que des ruines, même si de petites fabriques ont vu le jour : elles parient désormais sur la qualité et le bio, dans un pays où les contrôles sont inexistants. Eftali et son associée fabriquent du « gliko », des fruits et des légumes confits qui sont produits localement. « Nous avons obtenu le label slow food, comme beaucoup de paysans et restaurateurs de la région de Përmet, se félicite-t-elle. En pleine saison, nous sommes obligés d'embaucher une vingtaine de personnes pour faire tourner l'entreprise et nous vendons nos conserves aux touristes de passage et jusqu'à Tirana. »

    Près de la ville de Përmet, trois barrages ont déjà modifié les eaux souterraines d’un affluent

    « Përmet est connue pour sa nourriture, pour ses richesses naturelles et culturelles, mais également pour les activités de plein air que l'on peut y pratiquer. La commune est un terrain de jeu idéal pour les sports d’aventures, comme le trekking ou le rafting, explique Giorgio Ponti, responsable local de l’ONG italienne Cesvi qui est engagée depuis deux décennies dans des projets de coopération avec l'Albanie. Depuis trois ou quatre ans, les visiteurs sont de plus en plus nombreux et, désormais, environ 300 personnes vivent du tourisme. Cette amorce de développement responsable, basé sur la préservation de l'environnement, pourrait être cassée d’un coup par les barrages. »

    Le cours de la Langarica, affluent de la Vjosa, qui se jette dans le fleuve à une dizaine de kilomètres de Përmet, est déjà affecté par le fonctionnement de trois petites centrales. « Ces barrages ont été construits dans le parc naturel de Bredhi Hotoves et ils ont de lourdes conséquences. Dans cette région karstique, ils ont notamment modifié la circulation des eaux souterraines », poursuit Giogio Ponti. Un vieux pont ottoman marque l'entrée du canyon, l'un des joyaux naturels de la vallée de Përmet. Autour, la roche a formé des piscines naturelles alimentées par des sources chaudes. Il n’y a pas d’établissement de cure, mais des connaisseurs viennent profiter des vertus des eaux soufrées.

    La pêche intensive « n’est pas le seul problème : les égouts ne sont pas traités et finissent tous dans la rivière »

    Avant de devenir guide, Ilir a longtemps arpenté les rivières et les montagnes de Përmet. « Mon père me racontait comment le poisson était abondant du temps du communisme, même si les gens n’avaient que des cannes rudimentaires qu’ils fabriquaient eux-mêmes », raconte ce jeune, à la vingtaine. Le poisson était une ressource alimentaire précieuse dans un temps de privations. « Aujourd’hui, ce n’est plus pareil : les gens pêchent avec des filets et, après les émeutes de 1997, quand l’Albanie était en plein chaos, certains utilisaient même la dynamite. Ce n’est pas le seul problème : les égouts de Përmet ne sont pas traités et finissent tous dans la rivière. »

    Lancée par un collectif d'ONGs, dont Eco Albania, la campagne Save the Blue Heart of Europe tente de fédérer les mobilisations citoyennes qui se développent en Albanie ainsi que dans tous les Balkans.

    Des retombées économiques des barrages très limitées

    « L’or bleu » qui dévale des montagnes est en effet considéré comme l’un des principaux atouts de la région et suscite toutes les convoitises. Cela même si les retombées économiques réelles des barrages sont fort limitées et ne suscitent aucune création d’emplois durables. « Les sociétés de construction ont leurs propres employés et la gestion des centrales est presque entièrement automatisée, souligne Olsi Nika. Les gens se font avoir avec le mythe du développement, ils cèdent leurs terres pour une bouchée de pain et ensuite, quand ils n’ont plus rien, il ne leur reste plus qu’à émigrer. »

    Le gouvernement avait promis l’arrêt des projets de barrage

    « Il y a dix ans, j’aurais été pour les barrages, car je croyais que cela pouvait créer des emplois », raconte Taulant, qui est revenu monter son affaire de rafting avec des amis, après avoir travaillé plusieurs années en Grèce. « Mais aujourd’hui, je serais le premier à descendre dans la rue pour manifester contre ces projets ».

    Le jeune homme aura peut-être bien vite l'occasion de se mobiliser : fin 2017, le ministère albanais de l'Énergie annonçait que le projet de barrage de Kalivaç, dont la construction avait été stoppée quelques années plus tôt, serait repris par une société turque. Un mur de béton de 350 mètres de long et de 45 mètres de hauteur pourrait bientôt noyer 1 700 hectares et plusieurs villages. Avant d'être élu, le Premier ministre socialiste Edi Rama avait promis l’arrêt des projets de barrage sur la Vjosa. Mais le poids des lobbies de l’énergie et de la construction s’est, encore une fois, révélé le plus fort.

    Cliquez pour agrandir
    Le vieux pont ottoman qui marque l'entrée des gorges de la Langarica. Laurent Geslin/RFI
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.