GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Finlande suspend ses ventes d'armes à l'Arabie saoudite et aux Emirats

    media Des forces pro-gouvernementales yéménites sont rassemblées à l'extérieur d'Hodeida le 10 novembre 2018. Khaled Ziad / AFP

    La Finlande a annoncé suspendre tous les nouveaux contrats d'armement vers l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Une réaction aux agissements des deux pays à la tête d'une coalition militaire très impliqué dans le conflit yéménite, mais c'est aussi une réaction à la mort du journaliste Jamal Khashoggi qui pourrait avoir été commandité par la famille royale saoudienne. C'est le quatrième pays européen à prendre cette décision.

    La Finlande a décidé de suivre l'Allemagne, la Norvège et le Danemark sur leur position. Le pays ne vendra plus d'armes à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis. Il y a deux mois un site d'information finlandais avait diffusé une vidéo montrant  des véhicules blindés fabriqués par le pays nordique utilisés par les Emiratis dans l'ouest du Yémen. Certains étaient équipés d'armes lourdes russes. Au Yémen, le conflit entre rebelles et forces loyalistes fortement appuyées par l'Arabie Soudite et les EAU a fait 10 000 morts en trois ans. Les affrontements et bombardements ne sont pas terminés. Le Yémen subit l'une des plus graves crises humanitaire du globe.

    Il aura donc fallu cette mort-là, celle de l'éditorialiste du Washington Post Jamal Khashoggi assassiné dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre dernier pour que certains pays européens cessent, pour un temps en tout cas, de fournir les armes de ce conflit. « La situation au Yémen est à l'origine de cette décision, a affirmé le Premier ministre finlandais, tout en reconnaissant que la mort de Jamal Khashoggi faisait partie "de la logique générale". »

    → RELIRE : La France peut-elle se passer des ventes d'armes à l'Arabie saoudite?

    ■ L'émissaire de l'ONU au Yémen était à Hodeida

    Martins Griffiths a plaidé pour une trêve durable et un rôle majeur de l'ONU au port d'Hodeida, ville stratégique au coeur du conflit entre forces pro-gouvernementales et rebelles houthis.

    → RELIRE : Yémen : bataille cruciale pour Hodeïda

    Voilà plusieurs mois que les bombardements de la coalition arabe et les affrontements entre forces rebelles et loyalistes font trembler les habitants d'Hodeida. Vendredi, l'émissaire des Nations unies était sur place pour rappeler au commandement houthi sur le terrain son message : « tout faire pour protéger la population civile ».

    La ville portuaire est tenue par les factions rebelles mais elle est entourée des forces loyalistes soutenues par la coalition menée par l'Arabie saoudite. Depuis 10 jours une trêve est observée. Mais elle est très fragile. Martin Griffiths a annoncé que les Nations unies étaient prêtes à jouer un rôle majeur dans la gestion du port d'Hodeida, vital pour le pays. Auparavant il était à Sanaa ou il s'est entretenu avec le dirigeant des forces rebelles houthies.

    Sa visite intervient alors que la communauté internationale commence à se mobiliser après quatre ans de guerre au Yémen. Les appels à cesser les combats se multiplient. Des pourparlers de paix pourraient se tenir le mois prochain en Suède.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.