GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Hongrie: mobilisation pour sauver l'Université d'Europe centrale de George Soros

    media Une manifestation de soutien à l'Université d'Europe centrale fondée par George Soros, le 24 novembre à Budapest, en Hongrie. REUTERS/Bernadett Szabo

    A Budapest, entre 2000 et 3000 manifestants ont défilé ce 24 novembre pour soutenir l'Université d'Europe centrale, implantée à Budapest depuis 27 ans. Fondée par le philanthrope George Soros, cette université classée parmi les meilleures du monde délivre des diplômes valables en Hongrie et aux Etats-Unis. Mais le gouvernement nationaliste de Viktor Orban refuse de prolonger son accréditation. L'université a lancé un ultimatum au gouvernement hongrois : si, au 1er décembre, Budapest n'a pas signé son accréditation, l'université sera obligée de transférer une partie de son activité en Autriche.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    « On veut un pays libre, une université libre, scandent les manifestants. La CEU [Université d'Europe centrale] doit rester, c'est Orban qui doit partir ». Flora Kereszti, une étudiante hongroise de 27 ans, aux longs cheveux roux et au sourire enthousiaste, brandit fièrement sa pancarte. « J'ai écrit que Viktor Orban est un hypocrite parce qu'il a reçu une bourse scolaire de George Soros, explique-t-elle. Et maintenant, il détruit l'Université Soros ».

    L'Université d'Europe centrale (CEU) compte 40 % d'étudiants hongrois et 60 % d'étrangers. Sa mission principale est de donner une formation de qualité aux jeunes des anciens pays communistes. Comme Katia, 22 ans, originaire de Russie et qui a étudié la sociologie à CEU. « L'université d'Europe centrale est très importante car elle enseigne les valeurs d'une société ouverte et libre, estime-t-elle. Je n'ai pas envie que la Hongrie devienne un pays comme la Russie. C'est pour cela que je manifeste »

    Professeur d'études médiévales et byzantines, Istvan Perczel pense que l'Université d'Europe centrale survivra. Il s'inquiète d'avantage de l'attaque du gouvernement contre des universitaires hongrois qui sont mis sur liste noire.
    « Il y a des listes noires contre des collègues. Les professeurs enseignants à la faculté de droit, qui s'occupent des droits humains, sont maintenant des ennemis », alerte-t-il.

    Hongrie: les pro-Orban s'attaquent aux ONG et à George Soros

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.