GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: Theresa May tente de convaincre les députés de soutenir son accord

    media La Première ministre britannique Theresa May devant la Chambre des communes, ce lundi 26 novembre 2018, à Londres. Parliament TV handout via REUTERS

    Theresa May était devant les députés britanniques ce lundi après-midi. La Première ministre a annoncé que le vote de l'accord de Brexit au Parlement est fixé au 11 décembre. La résidente du 10 Downing Street a cherché à convaincre que ce texte est le meilleur possible. Pour ce faire, elle a besoin du vote des députés pour que l'accord puisse entrer en vigueur. Pour Theresa May, un rejet de cet accord serait signe d'un retour à la case départ avec pour conséquences des divisions et des incertitudes. Le texte a été adopté dimanche par le Royaume-Uni et les Vingt-Sept de l'Union européenne.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Cette énième séance d’explication à la Chambre des communes avait un furieux air de déjà, vu. Encore une fois, la Première ministre est venue défendre l’accord signé avec Bruxelles, tout en reconnaissant qu’elle n’était pas « entièrement satisfaite » du très controversé « filet de sécurité » appelé « backstop » pour éviter une frontière physique entre les deux Irlande.

    Malgré tout Theresa May a commencé à rôder la rhétorique qu’elle compte utiliser auprès des électeurs lors d’une longue tournée à travers le pays dans les prochains jours. Elle a ainsi prévenu qu’un rejet de l’accord sur le Brexit serait un retour à la case départ et que cela « ouvrirait la porte à davantage de divisions et d’incertitude » dans le pays.

    Mais la réaction des députés a été la même que les séances précédentes, avec un plus haut degré d’exaspération. Jeremy Corbyn le dirigeant de l’opposition travailliste, a qualifié l’accord de divorce d’« acte d’automutilation nationale » que le Parlement n’avait d’autre choix que de rejeter.

    A sa suite, les députés de chaque côté de la Chambre ont critiqué un accord d’ores et déjà « mort et enterré » et demandé avec insistance quel était le « plan B » du gouvernement. Des désaveux et attaques répétées qui montrent à quel point la tâche de Theresa May s’annonce ardue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.