GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    Europe

    Mer d'Azov: les alliés de Kiev appellent au calme

    media La chancelière allemande Angela Merkel en conférence de presse à Berlin, le 29 novembre 2018. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Les Européens préviennent contre tout risque d'escalade entre l'Ukraine et la Russie en mer d'Azov où la situation reste très tendue depuis l'accrochage du 25 novembre.

    Quatre jours après l'accrochage entre navires russes et ukrainiens en mer d'Azov, les Européens s'emploient désormais à faire retomber la pression. Tout en rendant le président russe Vladimir Poutine responsable du regain de tensions, Angela Merkel a ainsi exhorté ce jeudi les Ukrainiens à rester « avisés » et « raisonnables ».

    « Il ne peut y avoir de solution militaire à ces confrontations », a insisté la chancelière allemande, alors que le président ukrainien Petro Porochenko a appelé l'Otan à déployer ses navires pour garantir le passage dans le détroit de Kertch. L'Otan, qui se penchera sur ces tensions la semaine prochaine, a rappelé que sa présence dans la région était déjà conséquente, et que ses navires avaient passé cette année 120 jours en mer Noire, contre 80 l'an passé. 

    « La France et l’Allemagne sont prêts à œuvrer à une solution dans le cadre du format Normandie avec la Russie et l’Ukraine même si les résultats sont restés jusqu’à présents très, très modestes », a annoncé Angela Merkel.

    Pour les Européens, il n'est pas question non plus – pour l'instant du moins – de renforcer les sanctions contre la Russie, même si plusieurs pays de l'UE y seraient favorables. Les alliés de Kiev se contentent d'appeler fermement Moscou à ne pas entraver la circulation dans le détroit de Kertch, contrôlé par Moscou et qui permet aux navires ukrainiens d'accéder à leurs ports.

    Le sujet devrait en tout cas être abordé lors du G20 qui s'ouvre ce vendredi à Buenos Aires, en Argentine. Il aurait également pu être au menu d'une rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine prévue en marge du sommet. Mais une heure après avoir jugé que cette entrevue se déroulerait à un « moment très opportun », le président américain a finalement décidé de l'annuler.

    « En partant du fait que les navires et les marins n'ont pas été retournés par la Russie à l'Ukraine, j'ai décidé qu'il serait mieux pour toutes les parties concernées d'annuler ma rencontre préalablement prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine », a-t-il tweeté.

    Pour CNN, ce brutal revirement du président américain vise sans doute à dévier l'attention médiatique de la révélation du faux témoignage devant le Sénat de son ancien avocat dans l'enquête sur la collusion de son équipe de campagne avec la Russie en 2016. Peu avant, devant un tribunal fédéral de New York, Michael Cohen venait en effet d'avouer avoir menti pour protéger Trump dans cette enquête russe.

    L'annulation a été immédiatement saluée par le président ukrainien Petro Porochenko sur Twitter : « C'est comme ça qu'agissent les grands leaders. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.