GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Géorgie: après la présidentielle, sentiment de scrutin volé

    media Le candidat malheureux à la présidentielle géorgienne Grigol Vashadzé s'adresse à ses partisans lors de la manifestation à Tbilissi, le 2 décembre 2018. Vano SHLAMOV / AFP

    Quelques milliers de sympathisants de l’opposition ont protesté ce dimanche contre l’élection présidentielle, qu’ils jugent volée. Mercredi 28 novembre, Salomé Zourabichvili, une ex-diplomate française d’origine géorgienne, a été élue au second tour après que l’oligarque Bidzina Ivanichvili a promis de racheter 600 000 prêts contractés par des Géorgiens en difficulté économique. De l’avis de la plupart des observateurs, cela a fait pencher le vote de plus de 3 millions de Géorgiens en faveur de Mme Zourabichvili, en ballottage très défavorable à l’issue du 1er tour.

    Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

    Le coup est si rude pour l’opposition géorgienne, qu’elle a eu peine à mobiliser ses troupes dimanche 2 décembre. L’ambiance était morose devant l’ancien Parlement, lieu de tous les combats politiques depuis 30 ans dans l’ex-république soviétique.

    Devant 5 000 manifestants, les leaders du Mouvement national uni, qui a dirigé le pays de 2004 à 2012, ont dénoncé les centaines de milliers de voix « volées ». Petite moustache et lunettes d’intellectuel, Grigol Vashadzé, candidat qui a récolté 40% de suffrages au second tour, a promis de lutter contre cette injustice par des moyens démocratiques.

    Applaudissements polis d’une foule comme abattue… et qui s’est réveillée lorsqu’est apparu sur écran géant son vrai leader, l’ancien président Mikheïl Saakachvili : « Bonjour, je veux saluer les vétérans de notre lutte, et aux gens qui sont venus ici aujourd’hui », a-t-il dit depuis son exil aux Pays-Bas. Accusé d’abus de pouvoir, M. Saakachvili n’est pas rentré dans son pays depuis 2013.

    Après cette élection présidentielle, l’opposition sent qu’elle pourrait séduire à nouveau les 3,7 millions de Géorgiens, mais elle demeure divisée quant à la façon de se recomposer : avec ou sans Mikheïl Saakachvili ? L’ancien président attire autant de partisans qu’il en repousse.

    Les manifestants brandissent des drapeaux géorgiens et écoutent le message de l'ancien président Mikheïl Saakachvili qui s'adresse à eux depuis son exil aux Pays-Bas, le 2 décembre 2018, à Tbilissi. Vano SHLAMOV / AFP
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.